Peyton Manning, le quarterback des Denver Broncos.
Peyton Manning, le quarterback des Denver Broncos. | REUTERS

Pour le "Shérif" Manning, le Superbowl a tout d'une dernière cavalcade

Publié le , modifié le

Dimanche, Peyton Manning pourrait tirer sa révérence à l'issue du 50e Superbowl, face aux Carolina Panthers. Officiellement, l'emblématique quaterback des Denver Broncos n'a pas encore décidé de prendre sa retraite. Mais à 39 ans, il n'est plus tout à fait aussi le roi de la NFL.

Tout est en place pour une fin hollywoodienne comme le public américain en raffole: dimanche, Peyton Manning disputera peut-être le dernier match de son illustre carrière à l'occasion du 50e édition du Superbowl, contre les Carolina Panthers. Même si le "Shérif", son surnom depuis ses débuts en NFL en 1998 pour décrire son autorité naturelle, ne semble pas encore prêt à rendre son étoile. "Je n'ai pas encore pris ma décision, je ne me vois pas prendre ma décision avant que la saison soit bien digérée", a expliqué cette semaine le quarterback des Denver Broncos, qui jouera son quatrième Superbowl.

Le natif de La Nouvelle-Orléans "veut juste rester concentré sur le rendez-vous qui (nous) attend, sur la  mission qu'il nous reste à accomplir". "C'est de cette façon que j'ai abordée et vécue cette saison, cela m'a plutôt bien réussi et je ne vais pas changer d'approche, surtout avec le grand défi qui m'attend dimanche."

Une saison ​2015 poussive

Ce Superbowl est pourtant l'occasion parfaite pour lui de tirer sa révérence au plus haut: rien ne garantit en effet qu'il sera encore titulaire la saison prochaine s'il décide de prolonger à Denver ou, scénario hautement improbable même si les Rams, de retour à Los Angeles, seraient intéressés, à  rejoindre une nouvelle équipe.

La saison 2015, la 18e de sa carrière, a été aussi la plus difficile: blessé, puis en méforme, il s'est même retrouvé sur le banc des remplaçants, une infamie pour l'une des meilleurs quarterbacks de l'histoire de la NFL. Mais celui qui collectionne les records NFL, comme celui de passes de  touchdown (539), et les trophées de meilleur joueur (5), a rappelé en play-offs qu'il était encore une redoutable machine à gagner, imperméable à la pression.

Lors de la finale de conférence contre les New England Patriots, tenants du titre (20-18), il a ainsi distillé deux passes de touchdown et réussi 17 passes sur 32 tentées. A l'issue du match, il avait glissé à Tom Brady, la star de la NFL et à l'entraîneur des "Pats" Bill Belichick que ces play-offs pourraient "bien être sa dernière cavalcade", alimentant ainsi les rumeurs sur l'imminence de sa retraite. "Je voulais juste leur dire, si c'était la dernière fois que je les avais affrontés, tout le respect que j'avais pour eux", s'est défendu Manning, dont le père Archie a été un quarterback vedette dans les années 1970, et le frère Eli a remporté deux Superbowls avec les New York Giants (2007, 2011).

12 ​millions de dollars par an en revenus publicitaires

Dimanche, le stratège des Broncos, peut accrocher un énième record à son palmarès et rejoindre son petit frère au nombre de titres. Déjà sacré avec Indianapolis en 2006, il peut devenir le quarterback le plus âgé de l'histoire, à bientôt 40 ans, à soulever le trophée Vince Lombardi remis au vainqueur du Superbowl.

Face à lui, Cam Newton, un spectaculaire quarterback de 26 ans présenté comme son successeur sur le terrain et la future coqueluche des annonceurs. Manning est de loin le joueur de NFL qui a les plus forts revenus publicitaires avec 12 millions de dollars par an pour prêter son image à un  assureur, une boisson énergétique, une chaîne de pizzérias ou un  cablo-opérateur.

Même les récentes accusations de dopage qui ont incité la NFL à diligenter une enquête, n'ont pas écorné son image de gendre idéal et ne lui ont pas fait  perdre son flegme légendaire. "Il n'y a rien de vrai dans tout cela, je peux vous dire déjà ce que l'enquête va révéler: rien", a dégainé le "Shérif".

AFP