Bruno Mars, Chris Martin, Beyoncé
Sur la scène du 50e Superbowl, Bruno Mars, Chris Martin et Beyoncé ont fait le show à la mi-temps | AFP - GETTY IMAGES

Le 50e Superbowl en feu d'artifice

Publié le , modifié le

Pour sa 50e édition dimanche, le Super Bowl, la grande Messe du football américain, a comme toujours tenu en haleine tout un pays qui, après des écrans de publicité à répétition et le traditionnel spectacle de la mi-temps, a assisté au sacre inattendu de Denver. Sur la scène, après l'hymne américain entonné sobrement par Lady Gaga, se sont succédés Bruno Mars, Beyoncé et le groupe britannique Coldplay. Du spectacle grandiose pour un coût estimé à 10 millions de dollars.

Peyton Manning, sacré pour la deuxième fois de sa carrière neuf ans après le titre récolté avec Indianapolis. Peyton Manning devient ainsi le joueur le plus âgé à conquérir le trophée Lombardi, à bientôt 40 ans. Et il pourrait, dans la foulée, annoncer sa retraite. Mais ce 50e Superbowl restera aussi dans les annales pour son traditionnel spectacle de la mi-temps.

Les 65 000 spectateurs présents dans le Levi's Stadium, qui avaient débourse en moyenne 5000 dollars pour être présents, ont assisté à un show hors norme. Comme toujours. Un an après l'icone de la pop Katy Perry, les organisateurs du "plus grand  concert au monde" avaient confié la scène au groupe britannique Coldplay. Sur fond de couleurs psychédéliques, Chris Martin, la voix parfois couverte  par le public et les effets spéciaux, a enchaîné "Viva La Vida", "Paradise" et  "Adventure of a Lifetime".

Il a ensuite été rejoint par Bruno Mars, accueilli triomphalement pour son  interprétation de "Uptown Funk", puis Beyoncé a fait une entrée remarquée pour  chanter "Formation", avant le clou du "show", un duel de danses entre les deux  artistes américains, vêtus de noir.

Le spectacle dont le coût est estimé à 10 millions de dolars, s'est refermé  sur un gigantesque tifo réalisé par les spectateurs pour afficher le message  "Believe in Love", littéralement croyez en l'amour... Comme depuis 2005, pour éviter toute réédition du "Nipplegate", scandale  provoqué l'année précédente par Justin Timberlake qui avait dévoilé un téton de  Janet Jackson, le show était diffusé à la télévision américaine en léger  différé.

L'hymne américain par Lady Gaga

Autre moment très attendu, avant le coup d'envoi du match cette fois,  l'hymne américain a été interprété par l'excentrique Lady Gaga, toute en  sobriété dans une robe rouge scintillante, chaussée de talons aux couleurs du  drapeau américain. Le coup d'envoi draine des pointes d'audience à 180 millions de  téléspectateurs, dont le président Barack Obama qui réunit chaque année des  amis à la Maison blanche.

Pendant la retransmission lors des nombreux arrêts de jeu, se déroule une  autre compétition, celle des annonceurs et des agences de publicité qui  rivalisent de moyens et d'orginalité (parfois) pour faire passer leur message. Il aura fallu aux entreprises cette année dépenser cinq millions de dollars  (4,5 M EUR) pour un écran de 30 secondes, un record. Parmi les spots qui ont le plus retenu l'attention sur les réseaux sociaux,  celui du constructeur automobile Audi intitulé "Commander" sur une musique de  David Bowie, celui de la barre Snickers qui revisite la célébre scène de la  bouche de métro soulevant la robe de Marilyn Monroe interprétée par... Willem  Dafoe, ou pour d'autres raisons, ceux, beaucoup plus incongrus, de l'Eglise de  scientologie ou d'un médicament contre la diarrhée.

AFP