David Ferrer
Le joueur espagnol David Ferrer | AFP - MARTIN BUREAU

Ferrer sans coup férir

Publié le , modifié le

David Ferrer (N.4) a écrasé son compatriote Albert Montanes en trois sets secs, 6-2, 6-1, 6-3, au deuxième tour des Internationaux de France. Demi-finaliste l’an dernier, l’Ibère confirme qu’il est l’outsider numéro 1 du tournoi derrière le duo Nadal-Djokovic. Nicolas Almagro (N.11) est également passé sans encombre contre Edouard Roger-Vasselin (6-2, 6-4, 6-3), tout comme Tommy Robredo (N.32).

Ferrer expéditif

Le numéro 5 mondial, qui dispose cette année d’un tableau un peu plus ouvert vu l’absence d’Andy Murray, s’est imposé en seulement 1h41. Le natif d’Alicante a remporté 72% des points sur sa première balle (contre 48% à son rival). Il a surtout commis beaucoup moins d’erreurs (21 contre 36) alors que les deux hommes ont enlevé quasiment le même nombre de points. La domination de Ferrer s’est également traduite dans les opportunités de breaker (8/15 balles de break converties contre 2/3).

Almagro intraitable

Nicolas Almagro n’a pas musardé en route. Opposé au Français Edouard Roger-Vasselin, fils du demi-finaliste de l’édition 1983 remportée par Yannick Noah, le sosie de Cyril Hanouna l’a emporté facilement (6-2, 6-4, 6-3) en s’appuyant sur son énorme coup droit. Bloqué au stade des quarts de finale à trois reprises sur la terre battue parisienne, à chaque fois contre l’ogre Rafael Nadal, le Matador est certain de ne pas affronter son compatriote avant une éventuelle finale. De quoi espérer frapper un gros coup.

Robredo renversant

Tommy Robredo (N.32) a souffert pour écarter de sa route le Batave Igor Sijsling en cinq manches et trois heures de jeu. Le Catalan a disposé de son rival sur le score de 6-7(2), 4-6, 6-3, 6-1, 6-1. Quatre fois quart de finaliste à Roland mais absent du tournoi depuis 2010, le contreur aux jambes de feu retrouve progressivement son meilleur niveau après de sérieux pépins physiques. Il peut atteindre la deuxième semaine s’il continue sur sa lancée du printemps.