David Ferrer
L'Espagnol David Ferrer | AFP - MIGUEL MEDINA

Ferrer à toute vitesse

Publié le , modifié le

2013 sera-t-elle l’année David Ferrer à Roland-Garros ? Dans une partie de tableau très accessible, l’Espagnol continue d’avancer sans perdre un set. Dimanche, il a mis au supplice le Sud-Africain Kevin Anderson en trois petites manches 6-3, 6-1, 6-1.

L’ombre lui va si bien. Pendant que Djokovic et Nadal se partagent la pression du grandissime favori, un autre Espagnol taille la route. A grande vitesse, David Ferrer traverse les tours les uns après les autres. Matosevic, Montanes, Lopes, Anderson, quatre victimes d’une tornade ibérique. Dimanche, Kevin Anderson a plié sous les bourrasques. Une tempête force 5 à l’ATP qui s’est très vite détachée dans ce premier huitième de finale. Sur les trois premiers jeux, dix points consécutifs ont installé Ferrer sur une voie royale.

17 balles de break

Pris à la gorge malgré son service de plomb, Anderson s’est complètement noyé. Ce sera une constante dans ce match avec 55% de points gagnés sur 1er service et seulement 28% sur le 2e. Si on ajoute 41 fautes directes, à ce niveau ça ne pardonne pas ! Sur ses 17 balles de break, le Valencian en a converti 6. C’était suffisant pour écoeurer Anderson et s’imposer en trois sets et 1h45 de jeu.

La force tranquille

Ferrer vainqueur possible de Roland-Garros ? L’intéressé élude la question. « J’y vais pas à pas, match après match, prévient-il. Je vais préparer mon quart tranquillement et bien me reposer. Je ne perds pas un set et c’est important car j’arrive bien physiquement. Ca va me donner plus de force pour la suite. » Almagro ou Robredo sont prévenus qu’un ouragan est annoncé sur le court mardi.

Vidéo: les derniers échanges du match

Voir la video

Vidéo : Ferrer au micro de FTV Sport

Voir la video

Plus d’infos à suivre