brice feillu saur-sojasun 2012 portrait
Brice Feillu | Maxppp

Feillu roule en quarantaine

Publié le , modifié le

Gastro, vélo, dodo ! Depuis trois jours, Brice Feillu vit un véritable calvaire. Chez Saur-Sojasun, on guérit le grimpeur et on essaye de prévenir toute contagion à l’équipe.

 

On dit souvent que le vent est l’ennemi du cyclisme. La gastro-entérite ne doit pas être loin derrière. Très affaibli pendant deux étapes, Brice Feillu a presque de la chance d’être encore en lice dans ce 99e Tour de France. « Il était dans un état… Il m’a dit hier soir qu’il n’avait jamais eu aussi mal sur un vélo », avoue le manager de Saur-Sojasun Philippe Raimbaud. Levé avec un bon 40° de température lundi matin, Feillu a fini les deux premières étapes vidé. Tout au mental. Mis au régime sec avec essentiellement du riz, le coureur sort tout juste de « 36 heures de haute mobilisation pour le docteur ».

Feillu isolé

Depuis ce matin, l’état de Feillu s’améliore. « Le médecin nous a annoncé que Brice était ressuscité ! Le plus dur est derrière », lâche Raimbaud, soulagé. Il n’est pas encore assez guéri au point de cohabiter avec ses coéquipiers alors l’équipe a pris les mesures qui s’imposent. « On le met complètement à part, ajoute le boss de l’équipe bretonne. Chambre tout seul. Voiture tout seul. Il est tout seul tout le temps. On ne s’embrasse plus, on ne se sert plus la main. Il n’y a que le doc qui est en contact avec lui. Ce n’est pas la quarantaine plaisante. » Comme Marcel Kittel (Argos-Shimano), également touché par la gastro, les consignes seront des prochains jours seront simples : terminer l’étape dans les délais.