Roger Federer en mode revers
Roger Federer en mode revers | AFP - Miguel Medina

Federer peut-il arrêter Djokovic ?

Publié le , modifié le

La demi-finale la plus attendue oppose Novak Djokovic (N.2) à Roger Federer (N.3). Après 41 victoires consécutives cette saison, le Serbe, en cas de succès, égalera le record de McEnroe, battra une 4e fois de suite le Suisse, et accèdera à la place de N.1 mondial quelque soit le résultat de la finale. Sans aucun set perdu dans le tournoi, l'ancien maître du tennis mondial peut stopper tout ça, et disputer sa première finale en Grand Chelem depuis l'Australie 2010.

Et si Roger Federer clouait le bec aux pessimistes ? Présenté par certains comme étant sur le déclin, le Suisse a l'occasion de redorer son blason et de frapper un énorme coup. Alors que Novak Djokovic est le maître incontesté de ce début de saison, qu'il peut devenir le maître du classement mondial, qu'il peut égaler le légendaire John McEnroe, en même temps que se placer sur le chemin d'un petit ou d'un Grand Chelem, l'ancien N.1 mondial peut tout casser. Il n'a pas forcément l'avantage des pronostics, mais il a son talent, son expérience, et c'est immense. Et une inconnue en plus.

Avec le forfait de Fabio Fognini, Novak Djokovic n'a pas joué le moindre match depuis quatre jours. Une incongruité dans un tournoi, et il reste à savoir si les entraînements auront suffi à le laisser dans le bon rythme. Une chose est sûre: il ne sera pas fatigué. Après 41 victoires consécutives cette saison, le Serbe vise la mythique barre des 42, qui appartient depuis 19984 à John McEnroe. Les deux hommes ont d'ailleurs échangé quelques balles sur le court N.18 mercredi, sans que l'Américain ne rappelle au 2e mondial que sa série s'était arrêtée ici, à Roland-Garros, en finale, face à Ivan Lendl. Si un tel scénario se reproduisait, cela n'empêcherait pas "Nole" de détrôner Rafael Nadal au sommet du tennis mondial, et cela signifiera surtout qu'il a franchi un terrible obstacle en demi-finale.

Aussi injouable qu'il est depuis le début de la saison, Novak Djokovic sait que le match qui l'attend contre Roger Federer est sans doute le plus difficile de la quinzaine. Sans doute pour tout ce que cela pourrait lui offrir (N.1 mondial, record de McEnroe...), mais surtout pour le talent qui lui sera opposé. Certes, le Suisse n'a plus fréquenté de finale d'un tournoi du Grand Chelem depuis plus d'un an, et sa victoire à l'Open d'Australie 2010, ce qui est totalement inhabituel pour le recordman des finales en Grand Chelem (22 finales, soit trois de plus qu'Ivan Lendl). Mais il n'a pas concédé le moindre set dans ce tournoi, ce qui est également inhabituel pour lui, qui n'a été sacré qu'une fois à Roland-Garros (2009). Avec une efficacité retrouvée, un physique loin d'être entamé, il lui faudra trouver les clés menant à la victoire contre un joueur qui l'a dominé lors de leurs trois derniers affrontements (Open d'Australie, Dubai et Indian Wells 2011). La tendance générale est plutôt positive pour l'Helvète, qui mène leurs duels par 13 victoires à 9, et qui n'avait perdu qu'une fois (sur cinq matches) en 2010 contre lui. Néanmoins, depuis sa victoire en Coupe Davis, Novak Djokovic n'est plus le même homme, n'est plus le même joueur. Entrera-t-il dans l'Histoire, ou rentrera-t-il dans le rang ?