Cadel Evans en jaune 24072011
Cadel Evans | LIONEL BONAVENTURE / AFP

Evans remporte le Tour de France

Publié le , modifié le

Cadel Evans a remporté la 98e édition du Tour de France, devenant le tout premier Australien à graver son nom sur le palmarès de la Grande Boucle. La 21e et dernière étape qui se disputait entre Créteil et les Champs-Elysées a été remportée au sprint par le Britannique Mark Cavendish, déjà vainqueur des deux dernières arrivées.

Deuxième à deux reprises (2007 et 2008), Evans s’est cette fois imposé en comptant au final 1mn 34 secondes d’avance sur le Luxembourgeois Andy Schleck. Vainqueur d’une étape à Mûr-de-Bretagne, et tout proche d’un succès lors du contre-la-montre individuel de la veille, le natif de Katherine devient le tout premier Australien à triompher sur les Champs-Elysées.

Si les frères Schleck peuvent nourrir quelques regrets en terminant tous deux sur les deux dernières marches du podium, c’est bel et bien l’Australien qui a le mieux géré sa course. Souvent victime de coups durs à l’image du dernier Tour de France lors duquel il se fêle un coude, Evans a réalisé une course parfaite. "C'est la récompense d'une longue et belle carrière pour quelqu'un qui a parfaitement préparé le Tour", a analysé le patron de la Grande Boucle, Christian Prudhomme.

"Cav" enlève une 20e victoire d'étape

Et une nouvelle victoire d'étape pour Mark Cavendish ! Le Britannique a remporté un cinquième sprint, le dernier sur les Champs-Elysées, en devançant le Norvégien Edvald Boasson Hagen et l'Allemand Andre Greipel. Presque comme prévu, dans cette dernière étape de 95 kilomètres, Cavendish a été emmené par son  équipe pour établir un joli record, celui de s'imposer trois fois (d'affilée) sur les Champs-Elysées. Le natif de l'Île de Man a signé un 20e succès d'étape dans le Tour depuis 2008. Cette année, le coureur de 26 ans a surtout remporté pour la première fois de sa carrière le classement par points du maillot vert.

Le grand perdant de cette édition n’est autre qu’Alberto Contador, qui a longtemps hésité sur sa participation au Tour après sa victoire écrasante dans le Giro, avant de s’aligner finalement, peut-être contre son gré. Le triple vainqueur du Tour (à condition que le TAS valide son succès en 2010), a à la fois été gêné par une blessure à un genou après sa chute, mais aussi peut-être contrarié par son affaire de dopage qui n’a pas laissé de marbre certains spectateurs le long des routes.

Si il faudra encore attendre pour trouver un successeur à Bernard Hinault, dernier vainqueur Français en 1985, le public tricolore a sans conteste apprécié les belles prestations des coureurs français. Thomas Voeckler rate le podium d’un rien, mais il aura fait honneur au cyclisme tricolore en se battant jusqu’au bout pour défendre son maillot jaune durant dix jours. Autre grosse satisfaction est la performance de Pierre Rolland, fidèle lieutenant de Voeckler, et qui a réalisé un bel exploit en s’imposant à l’Alpe-d’Huez, à seulement 24 ans.

Voir la video

Voir la video

Voir la video

Voir la video

Romain Bonte