Etape 20 : Cadel Evans dans le contre-la-montre
Cadel Evans | AFP-Bonaventure

Evans avait tout préparé

Publié le , modifié le

Sauf incident dimanche entre Créteil et Paris, Cadel Evans va remporter son premier Tour de France. Deuxième du contre-la-montre de Grenoble, loin devant les Schleck, l'Australien a réussi son coup. Il a attendu le dernier jour pour endosser le maillot jaune mais c'est celui-là qui compte !

Evans touche au but
Deux fois deuxième sur le Tour de France. Considéré comme un suiveur plus qu’un grand attaquant, Cadel Evans a toujours eu du mal à exister face aux Armstrong et Contador. Issu du VTT (double vainqueur de la coupe du monde), l’Australien a attendu longtemps avant convaincre le monde du vélo sur routes. Le premier déclic fût son titre de champion du monde sur route en 2009 à Mendrisio. Pris en main par John Lelangue, Evans est arrivé tranquillement à maturité. Vainqueur de la Flèche Wallonne, il est programmé pour gagner le Tour en 2010. L’Australien prend le maillot jaune mais doit vite le rendre à cause d’une chute. Evans conserve sa sérénité et reporte toute son attention sur le Tour 2011. Il peaufine sa préparation sur le Dauphiné et arrive au top de sa forme en Vendée. Entouré d’une équipe dévouée à sa cause, « l’Aussie » ne sera jamais pris dans les chutes de début de Tour. Mieux, il gagne à Mûr-de-Bretagne devant Alberto Contador et Alexandre Vinokourov. Oui, Evans peut aussi gagner des étapes. Sa chance sera aussi de bénéficier d’un grand …Hushovd. En terminant avec les meilleurs au sommet de la bosse bretonne, il évite à Evans de prendre le maillot jaune. Le phénomène norvégien puis l’incroyable Voeckler joueront donc en faveur de l’Australien qui n’assumera le poids de la course qu’aux moments décisifs, dans les montées du Galibier et de l’Alpe d’Huez. Il n’avait plus qu’à enfoncer le clou dans le contre-la-montre de Grenoble. C’est chose faite avec puissance et facilité aux dépens des Schleck (2’31’’ sur Andy et 2’34’’ sur Fränk). Evans va remporter le Tour de France pour la première fois !

Une tactique payante
Parfois raillée pour sa tactique de course, l’équipe BMC a eu tout bon sur ce Tour de France. En roulant derrière Voeckler à St-Flour. En roulant derrière Andy Schleck dans le Galibier. Tout cela pour arriver dans les meilleures conditions possibles avant ce chrono grenoblois, la carte maîtresse de l'Australien. « Même si certains nous ont reproché de trop rouler. On est content de l’avoir fait en début de Tour pour éviter les chutes et dans le final de St-Flour pour diminuer l’écart avec Voeckler sinon la situation aurait été totalement différente. Finalement, on n’a pas fait d’erreur », a constaté le manager de BMC John Lelangue. Le moment clé de ce Tour de France se situe dans la terrible étape Pinerolo – Galibier. Pointé à quatre minutes d’Andy Schleck avant l’ascension finale, l’Australien sera le seul à prendre le Luxembourgeois en chasse. Une grosse prise de responsabilité dictée par son appétit de victoire. S’il voulait gagner le Tour, il se devait de réagir. Son numéro, tout en puissance, le ramènera à 2’15’’ de son rival et à 57’’ au général. "Dans le Galibier, j'ai eu peur que ça m'échappe. J'ai essayé de garder mon calme. C'était une étape dure et Andy a attaqué de si loin que j'ai eu du mal." En adaptant sa stratégie au jour le jour avec pour dernier objectif le contre-la-montre de Grenoble, Evans avait vraiment tout préparé. "Je n'arrive pas à y croire. Je suis tellement concentré depuis si longtemps sur cet objectif." Dimanche, il sera sur la plus haute marche du podium. Là où il rêvait d'être depuis si longtemps.