Europcar: simple enquête préliminaire pour usage de corticoïdes en 2011

Publié le , modifié le

Une simple enquête préliminaire a été ouverte à l'encontre de l'équipe Europcar concernant principalement le possible usage de corticoïdes lors du Tour 2011, a annoncé jeudi à l'AFP une source officielle qui a requis l'anonymat.

"Il n'y a pas d'ouverture d'information (judiciaire)", a déclaré cette  source à l'AFP, soulignant qu'il ne s'agissait "que d'une enquête préliminaire"  et minimisant la portée de révélations de presse à deux jours du départ du Tour  samedi à Liège. Selon une autre source, l'enquête, ouverte au mois d'août, suit son cours.  Il n'y a pas d'élément nouveau sur cette affaire, a-t-on précisé. Selon le site internet du journal L'Equipe, des "informations" sur le  possible usage de perfusions de récupération et la consommation de corticoïdes  à des fins de performances ont été transmises à l'Oclaesp (Office central de  lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique). L'usage de corticoïdes est interdit sous certaines formes, notamment de  perfusions.

Le responsable de l'équipe, Jean-René Bernaudeau, a rejeté jeudi toute  faute et lors d'une conférence de presse tenue avec ses deux leaders, Thomas  Voeckler et Pierre Rolland, il a répété n'avoir appris la nouvelle que mercredi  soir, par les médias. "Je n'ai eu strictement rien, aucune information (officielle)", a déclaré  le responsable de l'équipe française. "J'ai appris que deux coureurs avaient  été questionnés ardemment par ce journaliste (du journal L'Equipe), le médecin  de l'équipe aussi." Sur le fond, Jean-René Bernaudeau a insisté sur son engagement pour un  cyclisme propre et crédible: "Nous avons défendu toujours la même ligne. Je  demande au médecin de préserver la santé des coureurs. C'est la priorité  absolue."

AFP