Franck Ribéry Glen Johnson France Angleterre Euro
Franck Ribéry et Glen Johnson à la lutte | PATRICK HERTZOG / AFP

Un nul pour débuter

Publié le , modifié le

La France et l'Angleterre ont fait match nul 1-1 pour leur premier match du groupe D de l'Euro, lundi à Donetsk, au terme d'une rencontre peu spectaculaire où les deux équipes ont hésité à se livrer. Menés après 30 minutes de jeu, les Bleus ont trouvé les ressources pour revenir, tenir défensivement et se créer des occasions face à des Anglais plutôt décevants.

Un début de match difficile...

Ce match tant attendu par les Bleus qui avaient envie d'entrer dans le vif du sujet fut bien décevant durant sa première demie-heure. Une période qui fut l'objet d'un très long round d'observation au cours duqel les deux équipes se montraient plutôt attentistes et prudentes, sur un  rythme très peu soutenu. Les Anglais tiraient les premiers en se portant davantage vers l'avant alors que les Français avaient du mal à poser leur jeu et à franchir le premier rideau adverse. De part et d'autre, on eut droit en tout et pour tout à quelques timides incursions. Par Ribery d'abord à la 10e minute récupérant un ballon par Chamberlain mais le milieu du Bayern sur son côté gauche butait sur la défense. Côté Anglais, ce fut un bon ballon de Parker pour Young qui trouvait Milner en profondeur à la limite du hors-jeu. L'attaquant des Citizen devançait la sortie de Lloris, mais trop excentré sur la gauche il ne pouvait redresser son ballon dans le but vide.

Deux buts en dix minutes

Le match se débloquait à la 30e minute sur un coup de pied arrêté,  suite à une action anodine anglaise, et une faute d'Evra. Un coup-franc parfaitement distillé par Gerrard trouvait la tête de Lescott qui échappait au marquage de Diarra pour tromper le portier tricolore (1-0, 30e). L'important après ce coup du sort résidait dans la façon dont les Bleus allaient savoir réagir et notamment comment les leaders allaient tirer les équipes. Et les Français, sans s'affoler, avec rigueur et patience, partaient à leur tour à l'abordage. Même s'ils abusaiernt du jeu dans l'axe, secteur où évidemment ils étaient attendus par la défense anglaise. Mais leur pressing allait payer. Sur une combinaison côté gauche avec MAlouda retrouvant Ribery, lequel remettait en profondeur à Nasri qui de 20 m adressait une frappe enroulée qui surprenait le gardien anglais (1-1, 39e). Jusqu'alors peu en vue, Samir Nasri remettait les Bleus sur de bons rails, ce qui n'avait rien d'usurpé sur cette première période très peu animée, mais au cours de laquelle les deux équipes  ont fait jeu égal. Les hommes de Laurent Blanc ont même davantage maîtrisé la fin de la première période alors que les Anglais semblaient accuser le coup.

Les Bleus essaient...en  vain

La 2e mi-temps débutait avec un peu plus d’intentions du côté des Anglais qui prenaient davantage le temps de faire circuler le ballon et de construire leurs actions. Les Français laissaient venir et se créaient quelques occasions sur contres. S’ils parvenaient à trouver des espaces, ils avaient toutefois du mal à faire la différence dans les derniers gestes. Les Anglais affichaient visiblement une volonté de prendre la direction des opérations, dans la possession du ballon, mais s’ils consentaient à donner un peu plus de volume à leur jeu, ils peinaient à trouver des solutions offensives. On se disait que si ce match manquait nettement de percussion et de mouvements, il n’en restait pas moins indécis, car tout pouvait basculer sur un contre ou sur un coup de pied arrêté. La défense française était bien là même si plusieurs de ses interventions étaient parfois litigieuses. Côté attaque, un tir trop prévisible de Benzema était capté par Hart (65e).
Les hommes de Hodgson remontaient les ballons dans les couloirs pour tenter de contourner le bloc français, mais ils ne créaient nullement le danger.

Fin de match sans saveur

Au fil des minutes, avec la chaleur et les premiers signes de fatigue, les fautes se faisaient plus récurrentes et le jeu devenait de moins en moins posé, avec beaucoup de déchets techniques et de ballons perdus. Ce qui donnait quelques possibilités pour Benzema  d’abord, pour Ribery ensuite devant Hart puis pour Welbeck devant Lloris, très peu sollicité durant la partie. Les Français n'hésitaient à user des tirs de loin mais cela ne donnait rien. La fin de ce match sans saveur tombait dans un faux-rythme. Les Bleus tentaient le tout pour le tour et s’octroyaient plusieurs corners. Sur l’un d’eux repoussé par la défense anglaise, Cabaye adressait un tir puissant de nouveau détourné par un défenseur. Idem pour Benzema. Les deux équipes s’offraient quelques actions trop désordonnées pour faire basculer le score, à l’image d’une partie marquée par un peu de volonté surtout du côté français, un peu trop de timidité offensive, mais surtout une approximation collective qui n’a pas permis de construire véritablement du jeu.

Déclarations

Karim Benzema (attaquant del'équipe de France): "On a fait un bon match. Les premières minutes ont été timides de notre part, difficiles, et on l'a payé +cash+. Ensuite, on est entré petit à petit, on a réussi à revenir et on s'est créé pas mal d'occasions. On a manqué un peu de réussite, on les a bien bougés en jouant à une touche de balle. Il fallait permuter, décrocher pour ça. Mais en face il y avait un bon gardien (Hart). J'espère que la fois prochaine on marquera un but de plus que l'adversaire. Nasri a toujours été un très bon joueur. Je suis content pour lui qu'il ait marqué. En face il y avait une bonne équipe, la meilleure du groupe. On aurait pu perdre bêtement ce match. Mais en 2e période on avait tous les ballons et on aurait pu aggraver le score."

Hugo Lloris (gardien et capitaine de l'équipe de France): "Malheureusement pour nous on a débuté timidement. On savait que les Anglais seraient performants en contre-attaque et sur coups de pied arrêtés. Sur leur but, la question à se poser c'est qu'on a peut-être défendu trop bas. Derrière leur but, on a eu une bonne réaction et il n'a pas manqué grand chose. C'était le 1er match, ils sont venus nous presser haut et on n'a pas eu la possibilité de récupérer le ballon comme on voulait. On a eu du mal à mettre du rythme mais c'est quand même très positif. C'était important de revenir au score avant la mi-temps. La 2e période ne s'est pas jouée à grand-chose, c'est comme ça. On a proposé des choses vraiment intéressantes par rapport à ces deux dernières années".   

Roy Hodgson (sélectionneur de l'Angleterre): "Je suis content pour les  joueurs. Les conditions étaient compliquées pour les deux équipes et les  joueurs ont démontré un esprit incroyable. On a bien débuté mais les Français  ont repris leurs esprits en fin de première période. Je suis content de la  gestion du match et les joueurs ont démontré qu'ils étaient heureux de vivre  ensemble. (A propos d'Oxlade-Chamberlain) Il a mérité cette chance, il a la  capacité d'éliminer des joueurs, même dos au but. On va encore faire des  progrès par rapport à notre condition physique. Certains de nos joueurs n'ont  pas beaucoup joué cette saison et n'étaient pas au top. Les 20 dernières  minutes ont été difficiles. Mais la France a aussi souffert de la chaleur."

Steven Gerrard (capitaine milieu de terrain de l'Angleterre): "On a bien défendu et quand on a eu la possession de balle, on a réussi à se montrer dangereux. Je suis satisfait. Malgré notre manque de préparation commune, les gars ont vite assimilé la tactique. Nous sommes contents mais ce sera un bon point uniquement si on arrive à s'appuyer là-dessus pour la suite. Je ne suis pas surpris par les progrès de l'équipe. Je connais très bien le sélectionneur et son message passe très bien. Pour aller loin dans un tournoi, il faut être bon défensivement et cela a été le cas ce soir. Contre une grosse équipe comme la France, vous devez être bons sans le ballon. Après avoir pris un point contre la France, il y a beaucoup de confiance."

Christian Grégoire