Cabella, Rémy entraînement 062014
Cabella et Rémy (icic à l'entraînement aux côtés de Benzema) seront titulaires en Serbie | AFP

Un match pas tout à fait pour rien pour les Bleus

Publié le , modifié le

Si le résultat obtenu dimanche soir par l'équipe de France n'aura aucune influence sur le classement du groupe I des qualifications pour l'Euro, puisque aucun des deux protagonistes ne marquera de point -la France, pays-organisateur est qualifiée d'office- elle ne livrera pas pour autant un match pour rien, à deux ans de la compétition. L'équipe de Didier Deschamps, largement remaniée après son succès contre l'Espagne, va tenter de sauvegarder la dynamique et l'élan de ces derniers mois tout en testant ses ressources cachées. Il y a des places à prendre dans le groupe, et les joueurs le savent.

Les Bleus n'ont pas vraiment eu le choix de l'adversaire, celui-ci leur  ayant été imposé par le tirage au sort des qualifications du Championnat  d'Europe qui les a donc intégrés dans la poule I (avec la Serbie, mais aussi le Portugal, le Danemark,  l'Arménie et l'Albanie) sans que leurs résultats soient pris en compte. Le futur pays-hôte du tournoi continental, qualifié d'office, va donc  revenir à l'ordinaire, loin de cette sortie de gala face à la Roja au Stade de  France, qui a idéalement lancé sa campagne préparatoire. Il s'agira d'un  avant-goût du menu routinier qui l'attend dans les prochains mois avec une litanie de rencontres sans enjeu et à l'intérêt sportif fort discutable.

Deschamps fait tourner 

Comment alors mettre un peu de piment à ces rencontres et sensibiliser ses troupes à ce déplacement, trois jours seulement  après s'être offert le scalp des ex-champions du monde espagnols ? Didier Deschamps a en partie réglé la question en déclarant dès le coup de sifflet  final, jeudi, qu'il alignerait en Serbie "une équipe bien différente", histoire  de concerner et de garder en éveil tout son groupe. "Je veux voir tous les joueurs qui sont là en action", a expliqué le sélectionneur. Il ne veut surtout pas galvauder ce court voyage à Belgrade et ne souhaite sûrement pas voir les quart de finalistes de la Coupe du monde ternir  leur belle série actuelle (1 défaite sur les 11 derniers matches). Mais le but sera surtout d'effectuer un état des lieux du réservoir à sa disposition et de sonder le potentiel des Bleus en dehors du onze habituel.

Garder la dynamique

Au total, sept joueurs qui n'étaient pas titulaires contre l'Espagne seront alignés d'entrée en Serbie: Bacary Sagna, Jérémy Mathieu, Lucas Digne, Yohan Cabaye, Morgan Schneiderlin, Loïc Rémy et Rémy Cabella. Une manière aussi, dans la chaude ambiance du stade du Partizan, d'aguerrir mentalement quelques joueurs à l'expérience internationale encore limitée. C'est que sans doute les Serbes qui, eux, seront en véritable échauffement pour les qualifications, ne vont pas prendre ce match à la légère.  Même si la Serbie n'a plus participé à une phase finale depuis  le Mondial-2010, elle se présente comme une équipe très solide à prendre au sérieux. Dirigée par Dick Advocaat, elle s'appuie sur quelques individualités capables de maltraiter les Bleus, comme les joueurs de Chelsea Branislav Ivanovic et Nemanja Matic, Aleksandar Kolarov (Manchester City) ou l'attaquant  Lazar Markovic (Liverpool). Voici donc les Français prévenus. Même s'il faudra sans doute faire preuve d'indulgence pour les suppléants en cas de défaillance, il serait dommage de casser la dynamique.

Christian Grégoire

Euro