Un hooligan russe écroué à Marseille pour l'agression d'un Anglais lors de l'Euro-2016

Un hooligan russe écroué à Marseille pour l'agression d'un Anglais lors de l'Euro-2016

Publié le , modifié le

Un hooligan russe de 31 ans, soupçonné d'avoir participé au violent tabassage d'un supporter anglais en marge de l'Euro-2016 à Marseille, a été mis en examen et placé en détention provisoire, a annoncé le procureur de la République.

L'homme, qui se serait acharné à coups de chaise sur sa victime, a été mis en examen par un magistrat marseillais pour "violences en réunion avec arme, suivi d'une infirmité permanente", a précisé le magistrat à l'AFP.  Plusieurs autres supporters russes avaient été condamnés pendant l'Euro à des peines allant jusqu'à deux ans de prison ferme pour des agressions, et leur participation aux ultra-violentes "chasses à l'Anglais" qui avaient eu lieu autour du Vieux-Port, selon les termes du procureur de l'époque.

Le Russe mis en examen lundi soir a quant à lui été rattrapé 20 mois plus tard par la justice française, qui avait émis un mandat d'arrêt international à son encontre.  La police allemande l'a interpellé mi-février lors d'une escale à l'aéroport de Munich (sud), alors qu'il comptait se rendre à Bilbao (nord-ouest de l'Espagne) pour assister à un match d'Europa League Athletic Bilbao-Spartak Moscou. Son arrestation avait suscité un protestation officielle de l'ambassade de Russie en Allemagne. Des supporteurs de football russes avaient posté sur les réseaux sociaux une photo censée le représenter, l'identifiant sous le simple prénom de "Pavel", et avaient lancé une collecte pour le soutenir.

Le 11 juin 2016, un supporter britannique de 51 ans, Andrew Brache, avait été tabassée à Marseille le 11 juin 2016, en marge du match de l'Euro-2016 Angleterre-Russie. M. Brache avait été frappé notamment avec une barre de fer. Il avait dû être réanimé par massage cardiaque, et souffrait de graves blessures au cerveau, ainsi que de plusieurs os cassés. Un autre supporteur britannique de 47 ans, Stewart Gray, avait également été grièvement blessé lors de ces violences.
 

AFP