Kinglsey Coman France
Kingsley Coman sous le maillot bleu | FRANCK FIFE / AFP

Un Euro 2016 qui arrive un peu trop tôt pour les Bleus

Publié le , modifié le

L’équipe de France fait partie des favorites pour l’Euro 2016 qu’elle dispute à domicile. Pourtant, cette compétition très attendue arrive peut-être un peu trop tôt pour les Bleus de Didier Deschamps. De nombreux jeunes internationaux seront probablement meilleurs qu’aujourd’hui lors du Mondial 2018 et certains éléments prometteurs mais encore un peu tendres auront vraisemblablement rejoint l’effectif bleu qui pourra viser une deuxième couronne mondiale en Russie.

Souvenez-vous de l’Allemagne 2006, cette Mannschaft rajeunie qui avait régalé ses supporters lors de la Coupe du monde disputée outre-Rhin. L’équipe de Jürgen Klinsmann comptait dans son rang quelques éléments talentueux qui allaient confirmer les années suivantes leur indéniable potentiel (finale à l’Euro 2008, demi-finales au Mondial 2010 et à l’Euro 2012 avant l’apothéose planétaire de 2014).

Une équipe (trop ?) portée sur l'offensive

Philipp Lahm, Arne Friedrich, Per Mertesacker Bastian Schweinsteiger, David Odonkor ou encore Lukas Podolski avaient tous 23 ans ou moins et ils allaient devenir les tauliers de leur formation pour une décennie pleine de réussite. Surtout, cette Allemagne jouait un football pétillant et offensif quoique pas assez équilibré. Elle avait d’ailleurs subi la loi de l’Italie –future championne du monde- lors d’une demi-finale épique conclue au bout du bout de la prolongation (0-2).

 

 

Toutes proportions gardées, c’est un peu le cas de l’équipe de France en ce printemps 2016 de tous les espoirs. Les Bleus disposent d’une pléiade de jeunes talents destinés à un grand avenir quand ils n’ont pas déjà éclaté au plus haut niveau. Si Raphaël Varane, Paul Pogba (23 ans) et Antoine Griezmann (25 ans) sont déjà des cadres, depuis quelques saisons pour le Madrilène blessé et le Turinois, plus récemment pour le Colchonero qui a clairement pris une nouvelle dimension, des jeunes pousses vont renforcer le groupe après l’Euro ou dans les mois à venir jusqu’au grand rendez-vous russe de l’été 2018.

Rabiot, Dembélé, Fekir...etc

Kurt Zouma (21 ans), Layvin Kurzawa (23 ans), Alphonse Areola (23 ans), Djibril Sidibé (23 ans), Adrien Rabiot (21 ans), Alexandre Lacazette (25 ans), Ousmane Dembélé (19 ans), Lucas Hernandez (20 ans), Aymeric Laporte (22 ans), Vincent Koziello (20 ans), Nabil Fekir (22 ans), Morgan Sanson (21 ans), Maxwell Cornet (19 ans) ou Thomas Lemar (20 ans) possèdent a priori un potentiel intéressant.

Sans oublier les Lucas Digne (22 ans), Eliaquim Mangala (25 ans), N’Golo Kanté (25 ans), Anthony Martial (20 ans), Kingsley Coman (19 ans), Samuel Umtiti (22 ans) ou Morgan Schneiderlin (26 ans) qui appartiennent déjà au groupe des 23 et qui progressent vite pour la plupart. Ni les trentenaires ou futurs trentenaires comme Blaise Matuidi, Laurent Koscielny, Hugo Lloris, Dimitri Payet voire Hatem Ben Arfa et Karim Benzema s'ils reviennent. 

Champions du monde 20 ans après ?

Bien sûr il faudra se qualifier en terminant si possible en tête d’un groupe de qualifications pas si simple (Pays-Bas, Suède, Bulgarie, Biélorussie, Luxembourg). Mais sur l’élan d’un bel Euro (une place dans le dernier carré est le minimum syndical), les Bleus de Didier Deschamps devraient pouvoir s’en sortir et éviter un barrage toujours incertain genre France-Eire 2009 ou France Ukraine 2013.

Qu’on se le dise, la France a plus de chances de soulever une deuxième Coupe du monde 20 ans après que de remporter une troisième fois l’Euro. Même si rien n’est écrit à l’avance.

Grégory Jouin @GregoryJouin

Euro