tirage au sort Euro 2016
Les groupes de l'Euro 2016 | FRANCK FIFE / AFP

Tirage au sort de l’Euro 2016 : la France avec la Roumanie, l’Albanie et la Suisse

Publié le , modifié le

L'équipe de France a hérité d'un groupe à sa portée pour l'Euro 2016. Les Bleus affronteront respectivement la Roumanie le 10 juin au Stade de France pour le match d'ouverture, l'Albanie à Marseille et la Suisse à Lille. En 8e de finale, les hommes de Didier Deschamps pourraient affronter un adversaire du groupe C (Allemagne, Irlande du Nord, Pologne, Ukraine) ou un meilleur 3e pas évident puisqu'il sortira d'un groupe difficile (C, D ou E). Deux groupes semblent très relevés: le groupe D avec l'Espagne, la Turquie, la République tchèque et la Croatie, et surtout le groupe E composé de la Belgique, l'Eire, la Suède et l'Italie. L’Angleterre a tiré le Pays de Galles pour un derby savoureux, la Slovaquie et la Russie (groupe B). Le Portugal s'en tire bien dans le groupe F avec l'Islande, la Hongrie et l'Autriche.

L'équipe de France affrontera de vieilles connaissances dans cet Euro 2016, le troisième organisé dans l'hexagone après 1960 et 1984. Les Bleus, éliminés en quarts de finale de l'Euro 2012 et du Mondial 2014, bénéficient d'un tirage idéal pour entamer la compétition avec trois formations abordables même s'il conviendra de se méfier de tout le monde.

En terrain connu

Les hommes de Didier Deschamps attaqueront l'épreuve par un match abordable face à la Roumanie, le vendredi 10 juin au Stade de France (21h). Les Bleus avaient affronté les Roumains d'entrée à l'Euro 2008 pour un match nul vierge qui annonçait la déroute à venir. Ils ont ensuite retrouvé les Roumains à quatre reprises en qualifications au Mondial 2010 puis en qualifications à l'Euro 2012 pour un bilan légèrement positif (une victoire et trois nuls dont un heureux pour Raymond Domenech avec une magnifique égalisation de Gourcuff à 2-2).

Ils enchaîneront par une confrontation avec l'Albanie au stade Vélodrome de Marseille le mercredi 15 juin (21h). Un rival que les Bleus avaient battu à deux reprises lors des éliminatoires de l'Euro 2012 (3-0 et 2-1 à Tirana) mais qui leur réussit moins bien depuis deux ans: match nul (1-1) à Rennes en 2014 et défaite 1-0 en Albanie en juin dernier.

Le dernier match mettra aux prises la France et la Suisse (le dimanche 19 juin à 21h), deux rivaux qui se connaissent bien pour s'être affrontés de nombreuses fois ces dernières années en compétition officielle (succès 3-1 à l'Euro 2004, deux matches nuls 0-0 et 1-1 en éliminatoires de la Coupe du monde 2006 puis un 0-0 à Stuttgart lors de leur premier match du Mondial allemand). En 2014, Benzema et les Tricolores avaient nettement maté les Helvètes (5-2) pour lancer leur Coupe du monde brésilienne. 

Un quart plus facile que le huitième ?

La suite pourrait être plus corsée même en cas de première place du groupe. Les coéquipiers d'Hugo Lloris pourraient retrouver un meilleur troisième sorti d'un groupe très homogène et potentiellement très fort, soit l'Allemagne, la Pologne, l'Ukraine et l'Irlande du Nord (groupe C), soit l'Espagne, la Croatie, les Tchèques ou la Turquie (groupe D), soit un rescapé du très dur groupe E composé de la Belgique, premier du classement Fifa, de l'Eire, une vieille connaissance, de la Suède d'Ibrahimovic ou de l'Italie que personne ne voulait affronter d'entrée.

Paradoxalement, l'éventuel quart de finale des Français pourrait être plus facile que le 8e s'ils terminent en tête du groupe A: les Bleus seraient opposés à des équipes issues des groupes un peu moins relevés (groupe B, Angleterre, Pays de Galles, Slovaquie, Russie, groupe F: Portugal, Islande, Hongrie, Autriche). L'équipe de France jouerait en quart le vainqueur d'un match entre les deux deuxièmes de ces groupes respectifs. Il sera alors temps d'envisager les demi-finales, si tout se passe bien...

Quelques scénarios heureux pour arriver en demi-finales

Le scénario idéal

La France termine 1ère du groupe A: 8e de finale à Lyon le 26 juin contre un meilleur 3e (Irlande du Nord, Ukraine, Turquie, Croatie, Rep tchèque, Eire, Suède) puis quart de finale au Stade de France le 3 juillet face au vainqueur du duel entre le 2e du groupe B et le 2e du groupe F ( Galles, Russie, Autriche).

Le scénario plus difficile

La France termine 2e du groupe A: 8e de finale à Saint-Etienne le 25 juin contre le 2e du groupe C (a priori la Pologne mais peut-être l'Ukraine ou l'Irlande du Nord voire l'Allemagne), quart de finale à Marseille le 30 juin contre le 1er du groupe D (Espagne a priori) ou un meilleur 3e -du groupe B, E ou F (Russie, pays de Galles, Eire, Suède, Islande, Autriche).

Le scénario très délicat

La France termine à l'une des quatre places de meilleur 3e dans le groupe A: 8e de finale au Parc des Princes le 25 juin contre le 1er du groupe B (Angleterre a priori), quart de finale à Lille le 1er juillet face au vainqueur du match entre le 1er du groupe F (Portugal a priori) et le 2e du groupe E (Belgique ou Italie a priori).

Le scénario catastrophe

La France termine 4e du groupe A ou est l'un des deux moins bons 3e: elle est éliminée

Réactions

Didier Deschamps: "Nos trois adversaires, on les connait bien. Les Suisses, on les a eu en Coupe du Monde il y a deux ans. L’Albanie, je connais moins. On va travailler avec mon staff pour avoir le maximum d’information sur nos adversaires. Notre objectif est de terminer premier de  notre groupe. Sans vouloir retirer des qualités à l’Albanie et la Roumanie, la Suisse est notre adversaire le plus dangereux. (Concernant la sélection de Karim Benzema) Ma position est la position de mon président. Je la comprends et je l’accepte. J’aurais une première liste à faire au mois de mars puis une autre au mois de mai. Il peut se passer beaucoup de choses d’ici là. Aujourd’hui je n’ai pas à prendre de décision sur ce sujet là. Aujourd’hui, la sélection de Karim est impossible. Demain, je ne sais pas …"