Jets fumigènes Euro
Les fumigènes, lancés par les Croates. | EVREN ATALAY / ANADOLU AGENCY

"Terroristes", "hooligans", "ennemis" : la Croatie dépitée par les actions de ses supporters

Publié le , modifié le

« Terroristes », « hooligans », « ennemis de la Croatie ». Une dizaine de fumigènes lancés sur la pelouse, un pétard qui explose près d’un stadier, une rencontre arrêtée. L’image du jour du côté de République Tchèque – Croatie n’est pas celle des belles actions proposées par les deux équipes, ni même la sortie sur blessure de Modric. Ce sont bien ces actions anti-sportives qui ont malheureusement marqué la rencontre. De quoi agacer au plus haut point les institutions croates et l’équipe concernées.

Alors que l’UEFA a annoncé qu’elle allait ouvrir une procédure disciplinaire suite à ces incidents, le dépit était le sentiment prédominant ce soir, côté croate. Ante Cacic, le sélectionneur croate, n’a pas été avare de paroles en conférence de presse, qualifiant les supporters auteurs des jets de fumigènes et de pétards comme des « terroristes du sport ».

« Nous sommes exposés à la terreur des hooligans qui n'ont aucune place dans les stades. J'espère qu'ils seront identifiés et amenés à la justice », continue l’entraîneur de la sélection de Modric, qui comme ses joueurs paraissait dépité par ce qui se passait sous ses yeux, tout à l’heure au stade Geoffroy Guichard.

Cacic concluant en déplorant que le fait que « beaucoup de Croates, y compris les joueurs qui portent ce maillot avec honneur et passion, ont maintenant honte aux yeux de toute l'Europe ».

Suite à ces jets de fumigène, et ce pétard lancé aux pieds d'un stadier, la rencontre avait dû être interrompue 4 minutes par l'arbitre et le bout de tribune d'où venaient les fumigènes avait été évacué par les stadiers. Juste après la reprise du match, la République tchèque avait égalisé grâce à un pénalty de Necid.

La présidente croate Kolinda Grabar-Kitarovic est à son tour intervenue dans cette affaire, qualifiant « d'ennemis de la Croatie » ces hooligans qui ont perturbé la fin de la rencontre. « Ils haïssent leur équipe nationale et leur pays », a écrit la présidente sur sa page Facebook, concluant: « honte sur vous! ».

Mathilde L'Azou @MathildeLAzou

Euro