Strasbourg se désiste

Publié le , modifié le

La ville de Strasbourg a annoncé dans un communiqué qu’elle retirait sa candidature pour accueillir des matches de l'Euro-2016. Des frais trop importants, restés à sa charge, étaient à prévoir pour rénover le stade de la Meineau.

Les équipes européennes n’iront pas faire un tour du côté de Strasbourg. Ou seulement, pour faire du tourisme. La ville alsacienne a annoncé, jeudi, le retrait de sa candidature comme ville hôte de l’Euro 2016. Le maire, Roland Ries, et le président de la communauté urbaine, Jacques Bigot, mettent en avant "la situation particulière de Strasbourg", seule des villes candidates à voir son club évoluer en National. Le Racing, "au contraire des clubs dans les autres villes candidates, se trouve dans l'incapacité totale aujourd'hui de participer au montage financier de l'opération de reconstruction du stade de la Meinau", soulignent ainsi les élus locaux, qui ont adressé un courrier expliquant les raisons de cette défection à Fernand Duchaussoy, président de la FFF par intérim. Sur les 160 millions d’euros nécessaires, 130 resteraient à la charge de la ville. Equation insolvable. "Le risque ne peut pas être pris de devoir demander aux seuls contribuables de Strasbourg et de son agglomération de supporter la charge de ces 130 millions d'euros", finissent d’expliquer les deux hommes.

Après ce retrait, onze villes restent candidates pour accueillir les matches du Championnat d'Europe 2016: Saint-Denis, Paris, Lens, Lille, Bordeaux, Nice, Toulouse, Marseille, Lyon, Saint-Etienne et Nancy. Neuf seront choisis d'ici au 28 mai 2011, deux autres seront désignés stades de réserve.

Par Rayan Ouamara