La déception des supporters tricolores
La déception des supporters tricolores | AFP - Damien Meyer

Sortie "logique" des Bleus pour la presse

Publié le , modifié le

La presse française juge dimanche sévèrement la sortie de l'équipe de France, éliminée samedi à Donetsk en toute "logique" et "sans gloire" de l'Euro par les Espagnols, champions du monde et d'Europe en titre (2-0).

Un parcours décevant

"Une fin logique pour les Bleus", titre lequipe.fr qui estime que l'équipe  de France s'est inclinée (2-0) face à l'Espagne beaucoup trop forte et qui a contrôlé le match. "C'était écrit", assure de son côté francefootball.fr qui analyse qu'"avec  un onze de départ pour le moins défensif, l'équipe de France s'est logiquement inclinée face à l'Espagne". Le site spécialisé juge le parcours des Bleus dans cet Euro "amer, décevant, mais surtout extrêmement frustrant. L'équipe de  France avait pour objectif dans cet Euro d'atteindre les quarts de finale. Elle s'en est finalement contentée".

Une équipe "sans âme et passive"

Pour lemonde.fr, "les Bleus quittent l'Euro la tête basse". Le site du  quotidien généraliste a indiqué qu'"en cas de victoire, on aurait crié au génie. Dans la défaite, on pourra regretter la composition défensive concoctée  par Laurent Blanc". Leparisien.fr déplore la prestation d'"une équipe de France sans âme" et  "d'une grande passivité". "Bye bye les Bleus" lance le Journal du dimanche à la Une de son édition  papier, parlant d'une "défaite sans conviction".

Même son de clôche dans la presse régionale

"Les Bleus éliminés sans gloire" juge L'Alsace alors que La Dépêche du midi  parle d'une "triste défaite". Les joueurs de l'équipe de France sont "sortis tête basse" pour l'Est  républicain, "éliminés sans avoir combattu" pour l'Est Eclair. Ils n'ont tout  simplement "rien pu faire", commente Sud-Ouest. "Pas de miracle pour les Bleus"  constate donc Le Télégramme.

"La fin du maléfice" pour la presse espagnole

Les journaux espagnols ont eux "célébrés" dignement la victoire de leur sélection nationale. "L'Espagne prend la Bastille", lançait le quotidien ABC en  Une, sous une grande photo du milieu de terrain Xabi Alonso, auteur des deux  buts de la victoire le jour de sa 100e sélection.  "La Roja fait un pas de plus vers la gloire", se réjouissait le quotidien El Pais. Pour gagner, "cette Espagne, sans limite, a dû dépasser l'un des rares maléfices qui continuait à peser sur elle: vaincre la France en match  officiel", soulignait le quotidien.

"Victoire sans appel", renchérissait El Mundo. Comme tous les autres journaux espagnols, El Mundo soulignait la  performance de Xabi Alonso: "Xabi Alonso-bâillements-Xabi Alonso, palindrome  d'un match sans luxe, sauf en ce qui concerne le milieu de terrain du Madrid", en allusion au Real Madrid, club où évolue le joueur.

Gilles Gaillard