Si les Bleus croisent les Nord-Irlandais, il faudra de la patience et de la voix

Si les Bleus croisent les Nord-Irlandais, il faudra de la patience et de la voix

Publié le , modifié le

Potentiel adversaire de l’équipe de France en huitième de finale de l’Euro, l’Irlande du Nord a tout pour jouer les trouble-fêtes : un bloc ultra-compact, une volonté sans faille et un public de feu.

Le message est clair. Il faudrait être sourd pour ne pas l’avoir entendu. Si les Verts nord-irlandais débarquent au Parc OL dimanche à 15h00, l’ambiance est assurée ! Pour son 3e match dans cet Euro face à l’Allemagne championne du monde, la « green army » a ressorti tous ses standards, Will Grigg sur le terrain au pas. On ne peut qu’être sous le charme devant une telle ferveur. « Comme j'ai dit aux joueurs, tout le monde a son équipe préférée, mais quand une petite équipe réussit bien, elle peut devenir la deuxième équipe préférée de beaucoup de gens », avait indiqué le coach Michael O’Neill avant le match. L’opération séduction continue d’agir. Le Parc des Princes s’en souviendra très longtemps. Décidemment, ce stade est fait pour recevoir des chants, pas des supporters policés ou bridés.

La volonté ne suffit pas

Fort heureusement pour les adversaires des Verts, la puissance des chants britanniques ne leur donne pas des ailes en attaque. Hormis un tir lointain de Washington et quelques corners, la menace offensive est assez faible. L’Allemagne n’a pas été en danger et a monopolisé plus de 70 % de la possession du ballon. En revanche, avec un milieu très actif et une défense resserrée élargie à six joueurs comme ce fût le cas jusqu’au but allemand de Gomez, il est bien difficile de trouver des espaces. La France avait connu d’énormes difficultés dans un schéma assez proche contre l’Albanie avant de trouver l’ouverture à la 89e minute. Ce match face à la Mannschaft a toutefois démontré que les Nord-Irlandais ne peuvent pas courir partout pendant 90 minutes. Ils ont clairement baissé de pied après l’heure de jeu. Dans ce domaine, les Français sont plutôt costauds. De même, c'est en perdant des ballons au milieu et sur un jeu avec des remises que les Nord-Irlandais sont apparus friables. Reste à trouver la faille pour éviter que les Verts et leur public ne s’enflamment !

Xavier Richard @littletwitman