Serbie-Albanie
La rencontre entre la Serbie et l'Albanie avait été interrompue après de graves incidents | ALEXANDAR DJOROVICH / RIA NOVOSTI

Serbie-Albanie : Une enquête "complète et indépendante"

Publié le , modifié le

La Fédération albanaise de football (FAF) a demandé jeudi une enquête "complète et indépendante" sur les incidents qui ont conduit à l'arrêt définitif du match Serbie-Albanie en qualifications pour l'Euro 2016, mardi à Belgrade.

La FAF demande "une enquête complète et indépendante sur les incidents qui se sont produits avant, pendant et après le match de football Albanie-Serbie", a déclaré son président, Armando Duka. Le match a été interrompu à la 41e minute, sur la marque de 0 à 0. La FAF affirme que le bus de l'équipe a été la cible de jets de pierres alors qu'il était en route vers le stade. Un morceau de béton, des briquets et autres objets ont été lancés en direction de la délégation et des joueurs sur la pelouse.

L'incident à l'origine de l'interruption du match entre deux pays, dont les relations sont chroniquement difficiles depuis des décennies, s'est produit lorsque le stade a été survolé par un drone auquel était accroché un drapeau d'une carte de la "Grande Albanie", projet nationaliste visant à regrouper dans un même État les communautés albanaises des Balkans. Lorsque l'incident a dégénéré en bousculade généralisée, des joueurs albanais ont été frappés à coups de poing mais aussi avec des chaînes, affirme la FAF. 

"Tuez les Albanais"

Des supporteurs scandaient "Mort aux Albanais", "tuez les Albanais", insiste-t-elle. "Les responsables des incidents doivent être punis et traduits en justice", a ajouté M. Duka. "Nous disposons de preuves et pouvons les mettre à la disposition de toutes les institutions sportives, mais aussi de la justice", a précisé la FAF. L'UEFA a annoncé mercredi l'ouverture de procédures disciplinaires contre les fédérations des deux pays. Son instance disciplinaire examinera le cas le 23 octobre. Si la Serbie est visée pour plusieurs chefs d'accusations liés à l'organisation du match, l'Albanie doit répondre notamment du déploiement d'un drapeau illicite. La Serbie, qui rejette toute responsabilité, réclame que la victoire lui soit accordée avec le score de 3 à 0. Le ministère albanais des Affaires étrangères a dénoncé de son côté une campagne de "diffamations politiques contre le peuple et l'Etat albanais menée par les responsables de la Serbie".

Tirana exige que Belgrade fasse "preuve de lucidité et de maturité pour condamner les actes anti-albanais qui ont eu lieu avant et pendant le match (...) ainsi que la violence pathologique à l'encontre des footballeurs de l'équipe nationale", indique le ministère dans un communiqué. La veille, le ministère serbe des Affaires étrangères avait exigé des responsables albanais "une condamnation claire de l'incident (...) comme premier pas nécessaire pour surmonter ce problème". Serbes et Albanais entretiennent dans la région des relations toujours hostiles en raison de différends historiques et récents. Le Kosovo, ex-province serbe peuplée en majorité d'Albanais, a proclamé unilatéralement son indépendance en février 2008, une décision soutenue par les États-Unis et de la plupart des pays membres de l'Union européenne.

AFP

Euro