Mamadou Sakho portrait équipe de France conférence de presse 08 2010
Mamadou Sakho | AFP - BORIS HORVAT

Sakho: "Je sais où je veux aller"

Publié le , modifié le

A 21 ans, le défenseur du Paris SG Mamadou Sakho, pressenti pour une place de titulaire en défense centrale contre le Bélarus vendredi en éliminatoires de l'Euro-2012, explique profiter des rassemblements de l'équipe de France pour "poser beaucoup de questions" qui lui permettent de gagner en efficacité. "J'ai de la chance de côtoyer le haut niveau et je sais où je veux aller."

Q: Comment abordez-vous votre retour chez les Bleus ?
R: "Je suis toujours aussi content et heureux d'être sélectionné. Les entraînements se passent très bien, il y a une bonne ambiance. Je suis jeune, j'en profite un maximum, la suite on verra bien, je suis serein. Je pose beaucoup de questions autour de moi, j'essaye d'en tirer un maximum."

Q: Avec la blessure de Mexès, vous êtes pressenti pour une place de titulaire ?
R: "J'ai été sincèrement touché par ce qui lui arrive, je lui ai même apporté mon soutien en lui envoyant un mot. C'est un joueur important du groupe, il joue collectif. Non je ne suis pas titulaire en équipe de France mais je vais tout faire pour."

Q: On a l'impression qu'à 21 ans vous avez déjà franchi tous les paliers. Y a-t-il eu un déclic ?
R: "Il n'y pas spécialement eu de déclic. Le déclic s'est fait tout au long de la saison avec l'accumulation des matches. J'ai gagné en expérience mais c'est surtout aussi beaucoup de travail. J'ai franchi des étapes mais il m'en reste encore beaucoup. Quand tu débutes en pro, tu es un peu timide, tu as peur de mal faire et après avec l'expérience, on développe ses qualités. J'ai de la chance de côtoyer le haut niveau et je sais où je veux aller."

Q: Vous êtes au courant que le PSG a été racheté par un fonds d'investissement qatari ?

R: "Oui, j'en ai en entendu parler, j'en ai un peu discuté avec Guillaume (Hoarau) hier soir, si ça peut faire avancer le club tant mieux mais pour moi ça ne va pas changer grand-chose."

Q: L'absence de Makelele, un des cadres du Paris SG, est-ce une grande perte pour la prochaine saison ?

R: "Bien sûr. C'est quelqu'un d'important dans le vestiaire, c'est un cadre mais on reste serein. Il y a d'autres cadres dans l'équipe, il faut avancer."

Q: Qui vous impressionne le plus en équipe de France ?

R: "Franchement, il y a trois joueurs qui m'impressionent: Karim (Benzema), Franck (Ribéry) et Abi (Abidal). Il y a l'efficacité de Karim, la percussion de Franck et la lecture du jeu d'Abidal, sa position sur la terrain."

Q: En parlant d'Abidal, comment vous le sentez ?
R: "Il est content d'être là, nature, toujours souriant. Abidal est resté le même, il délire toujours autant avec nous...".

Q: Laurent Blanc vous a parlé de l'affaire des quotas ?
R: "Oui, il nous en a parlé. Ca a été rapide mais je n'ai pas envie d'en discuter."

AFP