Bakary Sagna - Conférence Mondial 2010
Bakary Sagna - Conférence Mondial 2010 | AFP - FRANCK FIFE

Sagna: "On reprend les bases"

Publié le , modifié le

De retour en Bleu, Bakary Sagna , qui faisait partie des mutins de Knysna a eu "honte" de ce qui s'est passé au Mondial, sur et en dehors du terrain. Pour le latéral français, "une nouvelle ère commence et il faut la commencer le mieux possible dès vendredi". Contre le Bélarus, "seule la victoire compte", a affirmé le joueur d'Arsenal.

Q: Vous avez fait partie des mutins de Knysna: avez-vous craint de ne plus être en équipe de France?
R: "Craindre, non, l'erreur est humaine. Personnellement j'ai assumé. On en est arrivé là car on a été mauvais, mais la magie du foot fait qu'on peut changer les choses. J'ai été rappelé, je mesure ma chance. Chaque joueur est conscient qu'il faut montrer une toute autre image."

Q: Ce qui est arrivé au Mondial vous a fait passer un mauvais été?

R: "J'étais miné, un petit peu, j'avais honte envers les Français, ma famille. Mais ça ma permis de me remettre en question. Moi et certains membres de cette équipe, on n'a pas été à la hauteur des attentes. Je n'ai rien d'autre à ajouter. Une nouvelle ère commence et il faut la commencer le mieux possible dès vendredi".

Q: Si le public siffle au Stade de France, vous comprendrez?
R: "Je comprendrai tout à fait. Ils aimeraient nous voir donner le bon exemple, ils voulaient nous voir gagner, et ces derniers temps on a oublié ce qu'était la victoire. On a la possibilité de le faire vendredi soir, tout le monde a hâte."

Q: Qu'est-ce que l'équipe de France avait oublié d'autre?

R: "On a oublié certaines valeurs: se battre sur le terrain, l'humilité. On reprend les bases, on a la chance de repartir d'un échec, de montrer qu'on a grandi, mûri. On a passé une belle semaine, tout le monde est prêt pour le match".

Q: Le goût du travail aux entraînements s'était un peu perdu aussi...
R: "Le coach répète le mot +qualité+ à l'entraînement, il a raison. On travaille plus dur à l'entraînement."

Q: Laurent Blanc insiste aussi pour chanter la Marseillaise avant les matches: c'est vieille école ou ça touche la nouvelle génération?
R: "Personnellement, c'est un plaisir de la chanter. Je suis Français d'origine sénégalaise, et être en équipe de France c'est avoir du respect envers cette équipe et les gens qui la supportent".

Q: Contre le Bélarus, seul le beau jeu a de l'importance ou seule la victoire compte?

R: "Seule la victoire compte. Mais on a envie de gagner de la plus belle manière, de se rassurer, de donner du plaisir aux gens, et d'en prendre nous mêmes".

Q: Est-ce que la France fait encore peur à ses adversaires?

R: "La France fait un peu moins peur. A nous de faire ce qu'il faut pour transmettre cette crainte, s'imposer pour montrer que l'équipe de France est toujours une très bonne équipe".

Q: A titre personnel, vous semblez très en forme cette saison...
R: "En tant qu'ancien attaquant (il a commencé à ce poste), j'aimerais être un peu plus décisif, aider l'équipe à démarrer les matches de la meilleure façon possible. J'ai 27 ans et un peu de regret pour mes performances passés, j'ai envie d'être plus décisif, de me lâcher un peu plus".