Capello Russie
Fabio Capello | DIRK WAEM / BELGA MAG / BELGA/AFP

Russie: Fabio Capello reste sélectionneur "pour l'instant"

Publié le , modifié le

Le sélectionneur italien de la Russie Fabio Capello, sous le feu des critiques, reste à son poste "pour l'instant" mais "les discussions sur son avenir continuent", a annoncé le président par intérim de la Fédération russe de football (RFU).

"Fabio Capello n'a pas été licencié. Pour l'instant, il reste  sélectionneur", a déclaré Nikita Simonian à l'issue d'une réunion du comité  exécutif de la RFU. "Nous allons discuter avec M. Capello pour décider s'il part ou s'il  continue à la tête de la sélection", a ajouté M. Simonian, qui a précisé que  ces discussions reprendraient d'ici deux semaines. Un membre du comité exécutif, Sergueï Anokhine, a déclaré aux journalistes  que la RFU espérait négocier à la baisse les indemnités dues au sélectionneur  italien en cas de rupture du contrat, estimées à 21,4 millions d'euros. "Très bientôt, cette comédie va se terminer. Nous allons nous mettre  d'accord avec Fabio Capello sur une réduction de la somme, je suis persuadé que  lui-même ne veut plus travailler pour la sélection", a-t-il affirmé.

Sergueï Anokhine a précisé que les arriérés de salaire de Fabio Capello lui  avaient été versés. Lundi, un milliardaire russe a annoncé avoir prêté à la RFU les 300  millions de roubles (4,9 millions d'euros) nécessaires pour couvrir tous les  arriérés de salaire de M. Capello et de son encadrement technique, la  Fédération russe ayant reconnu en novembre "ne pas avoir d'argent" pour payer  l'entraîneur italien. Elle avait signé, début 2014, avec Fabio Capello un contrat mirobolant,  assorti d'un salaire annuel estimé à 7 millions d'euros, ce qui ferait de lui  le sélectionneur le mieux payé au monde.

Mais l'Italien, dont le contrat court jusqu'au Mondial-2018 organisé en  Russie, est sous le feu des critiques depuis la défaite de la sélection russe  face à l'Autriche (1-0) dimanche à Moscou, compromettant la qualification à  l'Euro-2016. Ce revers a placé la Russie à la troisième place de son groupe (G), à 4  points de la Suède (2e), qu'elle recevra le 5 septembre. Les deux premiers de  chaque groupe et le meilleur des troisièmes sont qualifiés pour l'Euro-2016.

AFP