Rooney, impatient de rejouer pour l'Angleterre

Publié le , modifié le

De retour après deux matches de suspension, Wayne Rooney affiche un moral de vainqueur et estime que l'Angleterre, invaincue depuis le début de l'Euro, est plus confiante en ses chances que lors de la Coupe du monde, il y a deux ans. Le buteur de Manchester United, qui est apparu en pleine forme physique, devrait être présent face aux Ukrainiens lors d'un dernier match décisif du Groupe D mardi à la Donbass Arena de Donetsk.

Affronter le pays hôte dans un match où l'Angleterre a besoin d'un match nul pour accéder aux quarts de finale n'est pas un défi de nature à impressionner l'expérimenté numéro 9. "Nous avons joué dans tout un tas de stades à travers le monde et nous avons dû composer avec de grosses ambiances dans certains cas", a-t-il expliqué. "Je pense que nous sommes assez grands et assez expérimentés pour gérer la situation".

Interrogé pour savoir si la sélection anglaise est plus sereine que lors du Mondial sud-africain, Rooney  a répondu: "oui, je le crois... Nous sommes plus détendus. Le fait que tout l'encadrement soit anglais et que nous comprenions tout ce qui se dit nous aide vraiment". "On comprend tout ce que le sélectionneur (Roy Hodgson) veut", a-t-il résumé. La remarque est une référence directe à l'ambiance beaucoup plus stricte qui régnait à l'époque où Fabio Capello, qui a démissionné en février, tenait les rênes de l'équipe nationale. Capello, entouré par un groupe de quatre assistants d'origine italienne qui assuraient une partie de la traduction lors des discussions avec les joueurs, avait imposé une ambiance studieuse.

Pour Rooney , le style de Roy Hodgson est bien plus en phase avec l'état d'esprit des joueurs. "On se repose beaucoup plus, on a plus de temps", a commenté l'attaquant, saluant la possibilité de pouvoir s'échapper de la compétition et de pouvoir penser à autre chose lorsque cela est nécessaire. "Maintenant, je suis prêt à jouer. Si j'avais écopé de trois matches de suspension, je ne serais évidemment pas ici. Je suis ici et je suis impatient."

Reuters