Racisme: la Croatie demande à l'UEFA de ne pas la sanctionner

Publié le , modifié le

La Fédération croate, visée par une procédure disciplinaire de l'UEFA, par la faute de ses supporteurs coupables d'actes de racisme envers l'Italien Mario Balotelli à l'Euro-2012, dit prendre ses distances avec ces hooligans et demande à ne pas être sanctionnée.

"La Fédération croate de football demande à l'UEFA de ne pas sanctionner  l'équipe croate, exemplaire depuis plusieurs années de par ses performances et  son comportement sur et en dehors du terrain, et qui ne peut être associée aux  agissements de ces supporteurs, lesquels en réalité n'en sont pas, mais sont  des hooligans qui devraient être à l'écart de tout évènement sportif", indique  la HNS dans un communiqué. "La HNS prend ses distances vis-à-vis de tous les comportements déviants de  la part des supporteurs à l'occasion de la phase finale de l'Euro-2012, et les  condamne fermement", insiste la Fédération croate.

Jeudi, le match Italie-Croatie, dans le groupe C, a été le cadre d'insultes  racistes visant l'attaquant italien de parents ghanéens Mario Balotelli,  avaient constaté un photographe de l'AFP, puis un réseau antiraciste  travaillant dans le football. Il est aussi reproché à certains fans croates d'avoir allumé et lancé des  fumigènes lors de ce match. Le cas sera examiné mardi. Et ces comportements racistes pourraient cette  fois coûter cher à la Fédération croate, déjà condamnée par l'UEFA à 25.000  euros d'amende pour fumigènes, projectiles et intrusion d'un supporter sur le  terrain, lors du match contre l'Eire (victoire croate 3-1) le 10 juin.

Julien Lamotte