Hatem Ben Arfa audition fff civil 27072012
Hatem Ben Arfa | AFP

Quatre auditions et une altercation

Publié le , modifié le

Samir Nasri, Yann Mvila et Hatem Ben Arfa, se sont présentés ce matin devant la commission de discipline de la Fédération française de football pour s'expliquer au sujet de leur comportement durant l'Euro 2012. En tournée avec le PSG aux Etats-Unis, Jérémy Menez était quant à lui représenté par son avocat, Me Carlo Alberto Brusa. Et malheureusement, il y a eu un nouvel incident...

La Maison bleue est-elle maudite ? Il faut donc qu'il y ait toujours un grain de sable, même à l'heure où l'on est censé se montrer irréprochable. Jusque-là, tout se déroulait le plus normalement du monde, avec dès 10h00 l'arrivée de Samir Nasri. Le joueur de Manchester City qui est sans doute le joueur qui risque la plus lourde sanction après ses propos injurieux, est resté devant la commission durant une demi-heure. Il a été suivi de Yann Mvila, à qui l'on reproche simplement d'avoir regagné sa place sur le banc lors du match France-Espagne sans serrer la main de son entraîneur ni de son remplaçant, Olivier Giroud. Jérémy Menez était quant à lui représenté par son avocat, Me Brusa qui a indiqué que "les bonnes résolutions sont collectives et la volonté que ces faits ne se répètent plus, ce n'est pas seulement le fait de Jérémy mais de toutes les personnes malheureusement appelées en audition devant  cette commission".

Si l'audition de Hatem Ben Arfa s'est déroulée normalement, l'histoire retiendra forcément l'altercation qui a eu lieu entre le père de l'international français et l'agent du joueur. "Le père d'Hatem a essayé de me mettre un coup de boule, je l'ai évité et après il m'a frappé par derrière et mis au sol", a dénoncé Michel Ouazine, l'agent. Et de son côté, le père de Ben Arfa, Kamel, a crié: "tu m'as volé mon fils! Tu n'as pas honte? Depuis trois ans il m'a volé mon  fils". "Je ne l'avais pas vu (Hatem) depuis cinq mois, je suis venu le voir pour  l'encourager, je veux que mon fils revienne me voir, c'est tout", a-t-il précisé à l'AFP. Des éventuelles sanctions devraient être annoncées par communiqué entre ce vendredi soir et samedi, mais une suspension n'est pas envisagée.

Romain Bonte