Qualifications Euro 2020 : Olivier Giroud, la force de l'habitude

Publié le , modifié le

Auteur·e : Emilien Diaz
Olivier Giroud
Olivier Giroud | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Auteur du seul et unique but de l’équipe de France en Islande samedi (0-1), Olivier Giroud s’est une nouvelle fois illustré ce lundi, face à la Turquie. Absent du onze de Didier Deschamps au coup d’envoi, l’attaquant de Chelsea a sorti son costume de sauveur pour ouvrir le score, même si les Bleus ont finalement concédé le match nul (1-1).

Malheureux à Chelsea, Olivier Giroud demeure indispensable à l’équipe de France. L’attaquant des Blues l’a encore prouvé ce lundi soir au Stade de France, en ouvrant le score dans un match que les Bleus dominaient sans que cela ne se traduise au tableau d’affichage. D’un coup de casque dont il a le secret, Giroud a délivré les Bleus sur corner (1-0, 76e), quatre minutes seulement après son entrée en jeu. Une habitude pour celui qui a fait des rendez-vous internationaux sa raison d’être.

à voir aussi Qualifications Euro 2020 : Accrochée par la Turquie (1-1), la France doit encore patienter pour la qualification Qualifications Euro 2020 : Accrochée par la Turquie (1-1), la France doit encore patienter pour la qualification

Remplacé à la pointe de l’attaque par Wissam Ben Yedder en début de match, l’ancien montpelliérain a dû prendre un petit coup sur la tête, lui qui n’a quasiment jamais été laissé de côté par Didier Deschamps ces dernières années. Son duo avec Antoine Griezmann semblait jusque-là indétrônable, pourtant le sélectionneur des Bleus n’a pas hésité au moment de donner sa chance au monégasque, auteur de 6 réalisations depuis le début de saison en Ligue 1.

Ben Yedder n'en a pas profité

Très souvent décisif avec le club du rocher cette année, l’ancien sévillan n’a pas réussi à l’être ce lundi, laissant les principales occasions à ses compères Antoine Griezmann et Moussa Sissoko, qui se sont néanmoins heurtés à plusieurs reprises à un grand Mahmut Tekdemir. Trop d’occasions manquées, trop opportunités gâchées, il fallait que le salut des champions du monde vienne de leur ancien canonnier.

Entré en jeu à la 72e minute, Olivier Giroud n’a pas mis longtemps à se montrer dangereux. On sentait l’équipe de France capable de marquer dans les airs, mais ni Ben Yedder, ni Griezmann ne pouvaient reprendre les centres de Lucas Hernandez et Benjamin Pavard. Et c’est finalement sur un énième corner - le 9e de la partie - que les Bleus ont pu ouvrir le score.

D’une tête décroisée parfaite au premier poteau, Giroud a parfaitement ajusté le gardien turc pour son 38e but en sélection, le cinquième de l’année. Depuis janvier, aucun Bleu ne fait mieux. C’est dire l’importance de l’attaquant des Blues dans le dispositif de Deschamps. 

L’équipe de France a pris 4 points en deux matches, et les doit en grande partie à son avant-centre. "Je bosse beaucoup à Chelsea malgré mon faible temps de jeu. J'ai fait un peu de rab' cette semaine à l'entraînement. Je connais mon corps. Je sais ce dont j'ai besoin pour être prêt", avait-il confié après Islande-France vendredi. Une confiance persistante malgré un temps de jeu... inexistant en club. L'ex-Gunner n'avait disposé que de 18 minutes de jeu entre les deux rassemblements, ce qui avait conduit Deschamps à se montrer dubitatif, voire inquiet au début du rassemblement.

Pourtant, ce lundi, Giroud était là. Comme d’habitude, il a répondu présent quand il était attendu. S'il s'est dit affecté par sa situation à Londres, où il est barré par jeune Tammy Abraham, le natif de Chambéry ne l'a pas du tout montré lors de ce rassemblement. Il en ressort plus fort, certainement un peu plus confiant et surtout, toujours indispensable dans l'esprit de Didier Deschamps. Avec deux buts en deux matches, il ne peut en être autrement. 

Avec AFP