Les Bleus face à Andorre
Les Bleus face à Andorre | AFP

Qualifications Euro 2020 : les Bleus dominent facilement Andorre pour leur 100e au Stade de France

Publié le , modifié le

Du travail bien fait. Trois jours après avoir battu l’Albanie (4-1), l’équipe de France a disposé d’une bien faible équipe d’Andorre, ce mardi, pour le 100e match de son histoire au Stade de France (3-0). Kinglsey Coman, Clément Lenglet et Wissam Ben Yedder ont inscrit les trois buts de la rencontre. Avec cette victoire, les Bleus gardent la tête de leur groupe des éliminatoires à l’Euro 2020, à égalité de points avec la Turquie, qu’ils retrouveront en octobre.

C’est ce qu’on appelle une tournée bien maîtrisée, et un anniversaire dignement célébré. Trois jours après avoir battu l’Albanie au Stade de France (4-1), les Bleus ont remis ça ce mardi, pour leur 100e match disputé dans l’enceinte qui les a vu soulever la Coupe du monde en 1998, mais aussi perdre une finale d’Euro en 2016.

à voir aussi Qualifications Euro 2020 : 21 ans après, Ildefons Lima va retrouver les Bleus au Stade de France Qualifications Euro 2020 : 21 ans après, Ildefons Lima va retrouver les Bleus au Stade de France

L’adversaire était idéal pour ne pas se manquer. Modeste 136e au classement FIFA, dernière de sa poule de qualifications à l’Euro avec 11 buts encaissés et 0 inscrit, la sélection andorrane n’avait pas les armes pour lutter. Et il n’a pas fallu longtemps aux hommes de Didier Deschamps pour comprendre que les coéquipiers d’Ildefons Lima déjà titulaire lors de la première rencontre entre les deux nations il y a 21 ans – ne défendraient rien d’autre que le point du nul.

Acculés en défense, les Andorrans ont laissé jouer leurs adversaires d’entrée de jeu. Kingsley Coman - titulaires sur le flanc gauche de l’attaque à la place de Thomas Lemar - et consorts n’en demandaient pas tant, et n’ont pas mis longtemps à faire sauter le verrou dont seul le dernier socle nommé Josep Andi Gomes, le gardien andorran, semblait réellement solide.

3 buts en 3 jours pour Coman

Avec un Jonathan Ikoné très remuant pour sa première titularisation en Bleu, l’équipe de France a mis 15 minutes à se mettre dans le bain, avant d’accélérer. C’est justement le joueur du LOSC qui déclenché la première offensive des nombreux assauts tricolores qui allaient suivre. Avec réussite. Après une très belle incursion dans l’axe, le nouveau chouchou du sélectionneur a parfaitement servi Coman à l’entrée de la surface. Le joueur du Bayern Munich ne s’est pas fait prier pour envoyer le ballon sous la barre de Gomes, inscrivant le 4e but de sa carrière en sélection, le troisième en trois jours après son doublé contre l’Albanie. De quoi placer définitivement l'ex Bianconero comme un candidat crédible sur les ailes dans le XI qui devra mener les Bleus à l’Euro 2020.

Mais Coman n’a pas été la seule satisfaction de ce match en trompe l’œil, tans l’adversité était inexistante mardi soir. Avec quasiment 85% de possession de balle sur l’ensemble de la rencontre, les Bleus n’ont pas du tout été inquiété en défense. Difficile donc, de juger les performances des entrants Léo Dubois et Lucas Digne, titularisés à la place de Benjamin Pavard et Lucas Hernandez, même si le Lyonnais et l’ancien Parisien ont su se montrés intéressants dans leur couloir. On demande à les revoir.

Première pour Lenglet

La frappe puissante de Raphael Varane aux 30 mètres (38e) a semblé symboliser l’agacement des Bleus, souvent obligés de faire tourner dans le camp adverse pour contourner le bloc andorran. D’autant que dans les cages, Gomes s’est mis en évidence à plusieurs reprises, repoussant notamment un penalty d’Antoine Griezmann accordé après une faute de San Nicolas sur le joueur du Barça (25e). "C’est chiant" a reconnu de son propre aveu le néo-blaugrana après la rencontre, lui qui avait déjà manqué un penalty face à l’Albanie samedi.

Mais il en faut plus pour déboussoler l’ancien colchonero, qui a été l’un des meilleurs joueurs sur la pelouse en seconde période. C’est d’abord lui qui a parfaitement servi Clément Lenglet sur un coup franc très bien frappé à l’entrée de la surface. Son coéquipier en Catalogne a pris le meilleur sur un pâle Lima pour s’offrir de la tête son premier but en Bleu (2-0, 52e). Griezmann aurait même pu s’octroyer une deuxième passe décisive si la barre n’avait pas repoussé la tête puissante d’un Moussa Sissoko lui aussi très en jambes en deuxième mi-temps (67e).

Antoine Griezmann
Antoine Griezmann © AFP

Entré en jeu en fin de match, c’est finalement Wissam Ben Yedder qui a parachevé le succès de l’équipe de France. Le joueur de l’AS Monaco a profité d’une frappe de Nabil Fekir – lui aussi entré en jeu – repoussée par Gomes pour porter le score à 3-0 (90+1). La fête était complète, la mission réussie. Ce deuxième succès en trois jours, conjugué à la défaite de l’Islande en Albanie (4-2), permet aux hommes de Deschamps de rester idéalement placer en tête de leur groupe de qualifications. La première place se jouera face à la Turquie, co-leader, dans un mois.