Italie Balotelli Prandelli
Cesare Prandelli, ici avec Mario Balotelli | PATRIK STOLLARZ / AFP

Prandelli: "les Espagnols restent les favoris"

Publié le , modifié le

Le sélectionneur de l'Italie Cesare Prandelli a loué la performance de ses attaquants Antonio Cassano et Mario Balotelli, auteur d'un doublé qui a ouvert la porte de la finale de l'Euro à l'Italie face à l'Allemagne (2-1) tout en refusant le statut de favori face à l'Espagne.

Pourquoi l'Italie s'est-elle imposé ?
"Nous avons toujours essayé de jouer au football, depuis le début du tournoi. C'est notre force. Je crois que nous l'avons montré ce soir. Nous avons toujours essayé de garder le ballon au milieu du terrain. J'ai toujours voulu que nous proposions ce style de jeu."

Qu'avez vous pensé de la performance de Mario Balotelli ?
"Il a été excellent comme toute l'équipe. Je crois que notre équipe  avait un projet de jeu, il a complètement souscris à ce jeu. Il a pris les  espaces, il était toujours disponible. Il a fait un très bon match. Balotelli  était très concentré, il a fait exactement ce que je lui ai demandé. Il est  unique, c'est un attaquant moderne mais atypique, il est très fort  physiquement, mais il sait travailler pour l'équipe. Et il est toujours décisif  dans la surface de réparation. (A la fin du match) J'ai vu qu'il avait du mal  pendant quelques minutes, je n'ai pas voulu prendre de risques, parce que nous  avons peu de temps avant la finale. Il avait des crampes et un petit problème  musculaire."
   
Et Cassano ?
"Il s'agit de sa meilleure performance du tournoi en termes d'intensité  et de ce qu'il a donné sur le terrain. Il s'est battu, il a couru. On savait  qu'il pouvait être un joueur-clé. Il n'a peut-être que 50 minutes dans les  jambes, mais ce sont 50 excellentes minutes."
   
 Pensez-vous être favoris pour la finale après une telle performance ?
 "Non pas du tout, les Espagnols restent les favoris parce qu'ils  travaillent dur depuis des années, et ils ont remporté tellement de titres. La  fatigue peut jouer un rôle. Mais on aura des adversaires brillants, qui jouent  toujours très bien au football, donc ce seront eux les favoris. (Mais) quand on  rêve, on doit rêver en grand, ce n'est que le début de ce rêve."
   
Avez vous été surpris par la composition du onze de départ allemand ?
"Pas énormément. La décision du coach est réfléchi, il passe beaucoup de  temps à y penser, donc ce n'est pas à moi de commenter. Il a dû faire ses choix  en fonction des autres matches du tournoi. De notre côté, on s'est très bien  préparé pour ce match. Evidmemment après il faut tout faire bien le jour du  match, mais on savait qu'à chaque fois qu'on essaierait d'écarter le jeu ils  seraient là. Donc on a pris un risque parce qu'on voulait garder la balle au  milieu. Et c'était formidable, parce qu'on avait toujours un homme libre au  milieu, et Cassano a pu jouer des un-contre-un et Balotelli a joué très haut."
   
 Vos joueurs ont-ils resenti de la fatigue en fin du match ?
 "Evidemment on était très fatigué, après avoir joué 120 minutes le  dernier match, mais aussi parce que le terrain était très lourd et très  glissant. On aurait dû tuer le match avec un troisième but et je pense qu'on  méritait ce troisième but. Et puis tout le monde sait qu'il suffit d'un penalty  ou un coup-franc et on peut se retrouver en difficulté. S'ils avaient égalisé  on aurait perdu 5-2 en prolongations, parce qu'on était sur les rotules"

AFP