Les Bleus avec le public marseillais
Après leur qualification en finale de l'Euro, les Bleus sont venus saluer leur public à la manière des Islandais. | ARNE DEDERT / DPA

Pour les Bleus, cet Euro est déjà une réussite

Publié le , modifié le

Victorieuse de l'Allemagne (2-0), la France est en finale de "son" Euro et défiera le Portugal dimanche au Stade de France (21h00) avec l'espoir de remporter une troisième fois ce titre européen. Utopique avant le début de la compétiton, la perspective de voir les Bleus s'imposer chez eux pour cet Euro 2016 est désormais plus que probable. Quelle que soit l'issue de la finale dimanche, le contrat est déjà rempli. Reste à mettre la cerise sur le gâteau.

  • Les Français réconciliés avec leurs footballeurs

Les Français réconciliés avec leurs footballeurs

Emaillée par les scandales ces dernières années (l'affaire de la sextape pour Karim Benzema et Mathieu Valbuena mais aussi l'affaire Zahia et le fiasco de la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud), la côte des Bleus n'était pas vraiment au beau fixe dans le coeur des Français. D'autant que sur le terrain, les performances des Français ne laissaient pas présager un Euro radieux et les défections en défense n'étaient pas là pour rassurer. Avant la compétition, un quart-de-finale, au mieux une demi-finale, étaient jugés comme une bonne performance. Seuls quelques doux rêveurs un brin chauvins osaient pronostiquer une victoire finale de la France. Mais comme en 1998, ces Bleus-là ont fait déjouer les prévisions et c'est bien en finale que nous les retrouverons dimanche face au Portugal de Cristiano Ronaldo.

La victoire hier face à l'ennemi intime allemand (2-0) a été largement fêtée un peu partout dans le pays. A Paris, Bordeaux, Marseille, des scènes de liesse populaire ont eu lieu une bonne partie de la nuit. Les Bleus semblent avoir fait leur retour dans le coeur des Français et un homme se détache : Antoine Griezmann. Le Mâconnais, déjà six fois buteur dans la compétition, est le nouveau chouchou des supporters, un engouement populaire plus vu depuis la retraite de Zinedine Zidane. Plus qu'un seul homme, c'est même une génération qui semble naître sous nos yeux : la génération Griezmann.

Antoine Griezmann, la nouvelle coqueluche du public français.
Antoine Griezmann, la nouvelle coqueluche du public français.

  • La revanche de Matuidi, Pogba, Griezmann et Giroud

La revanche de Matuidi, Pogba, Griezmann et Giroud

Fini le temps où les Français réglaient leur compte durant la conférence de presse. Critiqués tour à tour pour leur rendement en début de compétition, les quatre mousquetaires ont su répondre de la meilleure des manières : en étant performant sur le terrain. La Une de l'Equipe sur Antoine Griezmann du 13 juin après le match d'ouverture face à la Roumanie fait aujourd'hui doucement rire. Le joueur n'a d'ailleurs pas semblé perturbé par cette attaque, retrouvant le chemin des filets dès le match suivant face à l'Albanie avant de planter un doublé contre l'Irlande en huitièmes.

Depuis le match face à l'Islande, le duo Griezmann-Giroud semble s'être parfaitement trouvé, alliant efficacité et complémentarité. Et si l'attaquant de l'Altetico Madrid est plus en vue que son compère d'Arsenal, le travail de ce dernier, plus obscur, n'en reste pas moins indispensable. Ovationné à sa sortie lors de France-Islande, pour lequel il a été nommé homme du match, Olivier Giroud a prouvé qu'il était capable de porter haut cette équipe de France. Les sifflets qu'il avait essuyés à La Beaujoire lors du match de préparation des Bleus face au Cameroun à semblent bien loin.

Blaise Matuidi et Paul Pogba ont, eux, eu du mal à trouver leur place lors des premiers matchs. Face à l'Allemagne, les deux ont livré un match solide, s'employant notamment en défense. Le milieu de terrain de la Juventus est même directement impliqué dans le deuxième but de Griezmann puisque c'est lui l'auteur du centre après un joli dribble pour effacer Kimmich. Et si ce dernier aurait pu créer une polémique avec son possible bras d'honneur lors de France-Albanie, l'incendie a vite été éteint, preuve d'une sagesse retrouvée dans l'entourage des Bleus. 

Paul Pogba a revêtu le drapeau tricolore après la demi-finale face à l'Allemagne.
Paul Pogba a revêtu le drapeau tricolore après la demi-finale face à l'Allemagne.

  • Le coaching gagnant de Didier Deschamps

Le coaching gagnant de Didier Deschamps

Les choix tactiques du sélectionneur ont souvent posé question. Après avoir tâtonné sur les positionnements de Matuidi et Pogba en inversant notamment leurs postes lors de France-Irlande (2-1), Didier Deschamps semble enfin avoir trouvé la bonne formule. Autre coup tenté par le sélectionneur : troquer son 4-3-3 pour un 4-2-3-1 lors de France-Islande, reconduit contre l'Allemagne. Ce dispositif a montré son efficacité et surtout prouvé que le Basque savait où il allait.

Le sélectionneur a également eu le nez fin avec Samuel Umtiti. Le neo-barcelonais a été titularisé dans l'axe de la défense pour sa première sélection lors du quart de finale face à l'Islande suite à la suspension d'Adil Rami. Grâce à une prestation honorable, le défenseur a été reconduit contre l'Allemagne, un adversaire d'un autre calibre sur le papier. Pour sa deuxième sélection, Umtiti a rendu une copie quasi-parfaite et s'est hissé au haut niveau international. Après avoir souffert en début de compétition, la défense française semble avoir trouvé une nouvelle sérénité. Il n'est jamais trop tard.