Pays-Bas
Danny Blind au milieu de ses hommes | Koen van Weel / ANP / AFP

Pays-Bas: gagner à Astana et espérer

Publié le , modifié le

Les Pays-Bas, en quatrième position de leur poule à deux matches du terme des qualifications pour l'Euro-2016, sont contraints de s'imposer samedi au Kazakhstan, tout en espérant un faux pas de la Turquie au même moment face à la République tchèque. Les hommes de Danny Blind n'ont plus leur sort en mains. Troisième du dernier Mondial, la formation néerlandaise n'est que quatrième de son groupe, à deux points des Turcs qui sont, eux, troisièmes et donc en position de se hisser en barrages.

Déjà battus à quatre reprises dans cette campagne cauchemardesque, les  Oranje restent sur une humiliation, battus 0-3 en Turquie le mois dernier. Un  six sur six face au Kazakhstan (samedi à Astana) et la République tchèque  (mardi à Amsterdam) est indispensable pour espérer disputer les barrages, les  qualifications directes des Islandais et des Tchèques étant déjà acquises. Devant les caméras, les joueurs se montrent étonnamment détendus et  optimistes, à l'image de Robin van Persie, convaincu que "la Turquie perdra des  plumes dans ses deux dernières rencontres" face à la République tchèque  (samedi) et l'Islande (mardi). "Ne me demandez pas pourquoi, mais ils vont sûrement perdre des points,  estime l'attaquant de Fenerbahçe au sujet de son nouveau pays d'adoption. Les  Turcs ont progressé, certes. Mais croyez-moi, je pense qu'ils vont faire une  erreur. À nous de gagner nos deux matches, peu importe comment, ça n'a pas  vraiment d'importance", a-t-il estimé. La méthode Coué ne convainc pas tout le monde au plat pays, où Danny Blind,  qui avait pris en juillet la succession de Guus Hiddink, est constamment  contesté.

Van Persie et Huntelaar ensemble ?

Le sélectionneur a, il est vrai, entamé son mandat par deux défaites, face  à l'Islande (0-1) et en Turquie, ainsi qu'un bilan de zéro but inscrit pour  quatre concédés. "Nous défendons très mal et notre jeu de combinaisons est tout simplement  lamentable", constate la légende Johan Cruyff. Mais Blind ne se démonte pas, refusant le moindre mea culpa. "Nous avons  perdu nos deux derniers matches suite à des erreurs individuelles",  rappelait-il récemment pour expliquer notamment la non-sélection du Parisien  Gregory van der Wiel, très faible lors de ces derniers rendez-vous. "L'équipe n'a plus d'identité", commentait récemment le quotidien populaire  Algemeen Dagblad. De fait, Blind (qui est assisté par Marco van Basten et Ruud van  Nistelrooy) n'a toujours pas établi de tactique fixe. Samedi sur le gazon  synthétique d'Astana, il pourrait renoncer à son traditionnel 4-3-3 pour  aligner ensemble ses deux pointes, Klaas-Jan Huntelaar et Robin van Persie,  même si ce dernier est en manque de temps de jeu dans son club. Sans doute avec  Memphis Depay et Wesley Sneijder en soutien. Le tout pour le tout et advienne que pourra...

AFP