Payet, Kanté, Coman : ils vont faciliter la tâche de Deschamps

Payet, Kanté, Coman : ils vont faciliter la tâche de Deschamps

Publié le , modifié le

Didier Deschamps voulait y voir plus clair, ses joueurs l'ont exaucé. Tous ceux qui avaient une carte à jouer pour figurer dans les 23 ont posé de solides arguments sur la table. Au milieu comme en attaque, ça se bouscule. En deux matches, Payet, Gignac, Coman et Kanté ont renversé la vapeur. Quant à Griezmann et Diarra, "DD" tient deux cadres pour son équipe.

Le 12 mai, il y aura comme toujours des heureux sélectionnés et des déçus oubliés dans la liste de Didier Deschamps. Au bout de deux ans de matches amicaux, le sélectionneur français comptait déjà "une vingtaine" de joueur dans sa liste théorique, enfin une vingtaine qui "peut aller de 16 à 22"… Après les deux derniers matches aux Pays-Bas (2-3) et contre la Russie (4-2), les certitudes du sélectionneur ont peut-être volé en éclats ou bien elles ont été remplacées par d'autres. Deschamps n'est pas versatile mais son pragmatisme souvent mis en avant pourrait le conduire à opter pour des hommes performants en club et en bleu et qui ont su se fondre dans le groupe. On pense évidemment aux trois joueurs qui sont sortis du lot à Amsterdam et Saint-Denis : Dimitri Payet, N'Golo Kante et André-Pierre Gignac. Alors qu'on ne l'attendait plus vraiment sous l'ère Deschamps, le Réunionnais a effectué un impressionnant retour en grâce. Joueur clé des Hammers et qualifié de meilleure recrue de la saison en Premier League, Payet a doublement frappé chez les Bleus. Excellent aux Pays-Bas, il a eu le très bon goût de signer son entrée contre la Russie d'un sublime coup franc (64e). Sa qualité technique dans le jeu comme dans les phases arrêtées, son influence sur le terrain et son attitude positive pendant le stage ont boosté sa cote. Sur une trajectoire inverse, Mathieu Valbuena peut déjà s'inquiéter d'une telle concurrence.

Un réservoir de talent

N'Golo Kanté peut lui être vu comme une très bonne doublure de Blaise Matuidi. Il n'a pas encore l'expérience internationale du Parisien mais son profil en fait un excellent joueur "box-to-box". Kanté gratte les ballons, oriente le jeu, accompagne les attaques et sait se montrer efficace en attaque. Buteur le jour de ses 25 ans sur son premier tir en bleu, le milieu des Foxes a démontré son aptitude à évoluer au très haut niveau. "Il est sans complexe", reconnaît Deschamps qui a apprécié ce "petit bonhomme souriant". En perte de vitesse, Yohan Cabaye et Morgan Schneiderlin pourraient bien se faire doubler dans la dernière ligne droite de l'Euro. Ovationné par le Stade de France, André-Pierre Gignac reste l'un des chouchous du public. Sa générosité et son envie sont communicatives. Didier Deschamps y est sûrement insensible mais en plus il marque. Comme lors de sa précédente convocation contre l'Allemagne en novembre, le buteur des Tigres saisit chaque opportunité offerte chez les Bleus et se pose en alternative à Karim Benzema dont la présence à l'Euro, pour son implication dans l'affaire du chantage à la sex-tape, reste incertaine. Bien plus que Martial, peu en vue mardi, Gignac peut déjà faire de l'ombre à Olivier Giroud, lui aussi buteur aux Pays-Bas. Enfin, que dire de Kingsley Coman qui a fait lui aussi une entrée fracassante, notamment pour les reins russes. Il a tout, le talent d'un futur prodige et l'insouciance de la jeunesse. Le préserver pour des échéances lointaines n'aurait aucun sens tant il peut être le dynamiteur d'un match cadenassé.

Griezmann dépositaire du jeu

Si Payet, Kanté, Coman et Gignac se sont rapprochés de l'Euro, Deschamps y voit aussi plus clair chez certains de ses cadres. La défense mise à part et source d'inquiétudes, le sélectionneur peut compter au milieu sur un taulier nommé Lassana Diarra. Impressionnant dans son rôle de sentinelle devant la défense, le Marseillais assure le bon équilibre et donne les bons de sortie à ses partenaires. Assurance tout risque derrière Pogba et Matuidi (ou Kanté mardi), Diarra en impose et son expérience vaut de l'or pour Deschamps. Un autre patron s'est imposé chez les Bleus. En l'absence de Benzema et Valbuena, Antoine Griezmann a posé sa touche technique et sa vivacité sur l'attaque française. Hyper actif et décisif sur deux passes, le Madrilène est le nouveau dépositaire du jeu tricolore. Jusqu'à présent, et dans ce contexte, c'est une réussite qui n'a pas échappé au sélectionneur.

Xavier Richard @littletwitman