Obraniak, Pologne
Ludovic Obraniak estime que la poule des Polonais est la plus ouverte de la compétition. | AFP - PATRICK BERNARD

Obraniak: "Si on ne passe pas dans cette poule-là... "

Publié le , modifié le

Lorrain de naissance, le milieu Ludovic Obraniak, qui va jouer l'Euro-2012 à domicile avec la Pologne, le pays de son grand-père, fait part de sa confiance à l'AFP avant de défier (Gr.A) la Grèce, la Russie, la République Tchèque: "si on ne passe pas dans cette poule-là...".

Q: Lors du tirage au sort, les quatre équipes de votre poule semblaient contentes car toutes pensaient se qualifier...
R: "C'est le sentiment que j'ai un peu. Par rapport à la qualité des équipes qui composent un Euro, avec tout le respect que j'ai pour les équipes de notre poule, si on ne passe pas dans cette poule-là, ce sera difficile de sortir d'une poule. C'est la plus ouverte, chacun aura sa chance. Quand tu joues un Euro à domicile, tu tombes dans une poule comme ça, c'est +maintenant ou jamais+. Une élimination serait vécue comme une désillusion. On ne tombe pas sur l'Espagne, la France, une tête de série, même si la Russie est difficile à manoeuvrer. Le match d'ouverture sera déterminant, on a une équipe qui a besoin d'engranger de la confiance rapidement, pour se mettre dans les meilleures conditions. Individuellement on est très fort mais on a du mal collectivement. On a l'impression de jouer au coup par coup, chacun fait un peu son truc et on pêche collectivement. Nos attaquants, ceux qui jouent à Dortmund, sont de grande qualité. On joue souvent en 4-3-3".

Q: Quel est le joueur à suivre selon vous ? Lewandowski ?
R: "C'est le plus logique car il a mis plus de 20 buts en Bundesliga, ce n'est pas rien. C'est notre attaquant numéro 1, celui qui pourra nous débloquer les situations. Après il y a notre capitaine Kuba (Blaszczykowski). On n'a pas de joueurs qui font des matches de haut niveau dans les grands championnats, hormis en Bundesliga. Le taulier, c'est Kuba, on lui a donné des responsabilités, il les assume. Après il y a d'autres joueurs comme notre gardien Szczesny qui commence à prendre de l'envergure, Wasilewski d'Anderlecht qui est là depuis longtemps, qui a un certain charisme. Piszczek aussi peut prendre les affaires en main".

Q: Un euro réussi, c'est quoi pour vous ?
R: "Viser au moins un quart de finale. Après toutes les désillusions -on ne s'est pas qualifié à la dernière Coupe du monde, on n'a jamais gagné un match de poule lors d'un Euro-, on est dans l'obligation d'aller en quart de finale vis à vis des gens, de l'investissement, du coeur qu'ils ont mis. Après faut être réaliste, on ne va pas gagner l'Euro".

AFP