Nouvelle enquête sur deux cas de racisme présumé

Publié le , modifié le

L'UEFA a indiqué mardi enquêter sur deux cas de racisme présumé qui auraient visé les joueurs de couleur Mario Balotelli (Italie) et Theodor Gebreselassie (République Tchèque), mais a précisé que ces deux cas n'avaient pas entraîné l'ouverture de procédures disciplinaires.

L'UEFA a décidé de poursuivre ses investigations après avoir reçu de nouvelles "informations de sources indépendantes". Le sélectionneur de l'Italie Cesare Prandelli avait catégoriquement démenti lundi que Mario Balotelli ait été visé par des chants racistes lors du nul contre l'Espagne (1-1) dans le match du groupe C dimanche à Gdansk (Pologne).

Samedi, l'Association basée en Pologne, "Never Again" ("Plus Jamais"),  membre du réseau FARE (football contre le racisme en Europe), soutenu par  l'UEFA, avait rapporté un incident à caractère raciste au lendemain du match  remporté par les Russes contre la République Tchèque (4-1). "Notre observateur a entendu des cris de singe adressés par quelques supporteurs russes au joueur tchèque Theodor Gebreselassie", de père éthiopien, avait assuré "Never Again".

Jerome Carrere