Nancy laisse sa place pour l'Euro 2016

Nancy laisse sa place pour l'Euro 2016

Publié le , modifié le

La communauté urbaine de Nancy a annoncé renoncer à accueillir des matches de l'Euro 2016. Aucun accord n'ayant pu être trouvé avec les entreprises candidates à la rénovation du stade Marcel-Picot, a annoncé le président de la collectivité, André Rossinot. "Nous renonçons donc à l'Euro 2016 et, pour l'instant, à la rénovation du stade", a-t-il dit. Faisant partie des 9 stades choisis par la FFF, Nancy fera un heureux, Toulouse ou St-Etienne, "villes de réserve".

La CUGN s'était engagée à financer les travaux à hauteur de 20 millions d'euros, en plus des 8 millions assurés par l'Etat dans le cadre du plan "Grand stade", le reste revenant à des investisseurs privés. Mais, les deux candidats au marché de rénovation, les groupes Vinci et Bouygues, n'ont pas proposé une offre correspondant au projet nancéien. "Ils voulaient davantage d'investissement public", a indiqué lors d'une conférence de presse André Rossinot, par ailleurs maire (PR) de Nancy.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze