Chelsea - Manchester United Lampard Van der Sar Evra
Evra (Manchester United) sauve un but devant Lampard (Chelsea) alors que Van der Sar est battu | AFP - Carl De Souza

MU-Chelsea : l'explication finale

Publié le , modifié le

Le stade d'Old Trafford sera le théâtre de l'explication finale entre les deux cadors du Championnat d'Angleterre, Manchester United et Chelsea, dimanche, lors de la 36e journée. La veille, Manchester City, actuellement au pied du podium, se rendra à Everton (7e) tandis que Tottenham (6e) accueillera une équipe de Blackburn au bord de la zone de relégation. Lundi, Liverpool (5e) clôturera les débats sur la pelouse de Fulham (9e).

Une vraie finale de championnat

"Pour nous, c'est comme une finale. Nous voulions jouer celle de la Ligue  des champions, mais il faut nous réjouir de pouvoir disputer celle-là", a  souligné l'entraîneur de Chelsea Carlo Ancelotti. A trois matches de la fin, l'avantage comptable est aux "Red Devils", qui possèdent une marge de trois points sur leurs poursuivants, mais la dynamique est du côté des "Blues", auteurs d'une extraordinaire remontée depuis deux mois.

Une victoire de MU mettrait ainsi fin à coup sûr au suspense et on peut même  penser qu'un match nul suffirait aux hommes d'Alex Ferguson pour décrocher leur  dix-neuvième titre. On voit mal en effet comment les leaders pourraient ne pas battre ensuite Blackburn (à l'extérieur le 14 mai) et Blackpool (à domicile le 22 mai), sachant que ces deux formations se traînent aux 16e et 17e places du classement.

En revanche, si Chelsea s'impose dimanche, l'incertitude perdurera  probablement jusqu'à la dernière minute et le titre ira à celui des deux  prétendants qui creusera les plus gros écarts lors des deux dernières journées. Comme les deux équipes sont pour l'instant à égalité à la différence de  buts, les Londoniens partiraient avec un léger avantage, mais leurs derniers  adversaires, Newcastle à domicile et Everton à l'extérieur, sont plus forts sur  le papier que ceux de Manchester United. Que les deux géants qui se partagent presque tous les honneurs dans le foot  anglais depuis dix ans soient à nouveau au coude à coude n'a évidemment rien  d'une surprise. Et pourtant, il y a deux mois à peine, personne n'aurait prévu  que le choc de dimanche servirait de "finale" au Championnat.

Chelsea, c'est de la dynamique

Le 26 février, à la sortie de sa pire crise sportive de la décennie,  Chelsea, alors cinquième (avec un match en moins), accusait un retard colossal  de 15 points sur MU, que seul Arsenal paraissait menacer. L'espoir de conserver  leur titre faisait figure de chimère pour les hommes de Carlo Ancelotti. Mais depuis, les tauliers du groupe Drogba, Lampard, Terry, Malouda sont intenables. A la différence de Fernando Torres, hors de forme, le défenseur brésilien David Luiz est décisif depuis son arrivée lors de mercato. Résultat: lors des neuf dernières journées, les Blues ont pris 25 points sur 27 possibles (20 buts marqués, 6 encaissés).

Longtemps virtuelle, la possibilité d'un  incroyable retour est devenue une réalité le week-end dernier avec la défaite de Manchester United à Arsenal (1-0). Dans ces conditions, il est difficile de suivre Nani lorsqu'il affirme que  les "Red Devils" ont "l'avantage psychologique" pour avoir éliminé Chelsea en  quart de finale de la Ligue des champions le mois dernier. Les "Blues" savent  battre MU, ils l'ont prouvé en Championnat le 1er mars (2-1), et ils savent  aussi le faire à l'extérieur. Tout le monde garde en mémoire le match du 3 avril 2010, le dernier perdu à  domicile par Manchester United (2-1), qui avait ouvert la voie du sacre aux  "Blues".

Eliminé des autres compétitions, Chelsea se présentera au complet et  reposé, mais la fraîcheur physique ne devrait pas poser de problèmes non plus  aux Mancuniens, grâce au pari gagnant d'Alex Ferguson, qui a laissé les Rooney,  Giggs, Hernandez, Ferdinand, Vidic et compagnie au repos mercredi en  demi-finale retour de la Ligue des champions contre Schalke 04 (4-1).

AFP