Jeremy Mathieu
Jérémy Mathieu (à droite) tente de s'imposer dans la défense tricolore | AFP

Mathieu et Cabella convaincants avec les Bleus

Publié le , modifié le

Jérémy Mathieu, intronisé dans l'axe de la défense, et Rémy Cabella pour sa première titularisation en attaque, ont répondu présent dimanche, lors du nul de l'équipe de France en Serbie (1-1).

Lloris: battu sur un coup franc puissant de Kolarov (80e), le capitaine a  néanmoins préservé son but sur plusieurs occasions chaudes en seconde période,  déjà un coup franc de Mitrovic (66e) et un tir croisé de Matic (62e). Moins sollicité lors du premier acte, si ce n'est sur une tête de Mitrovic (10e), il a parfois péché sur ses dégagements au pied. Un bon match au final.

Sagna: Son entame a été encourageante, pleine d'envie et de peps, notamment  dans les duels. Puis il s'est progressivement éteint, malgré quelques montées. Son apport a été maigre, ses rares centres ne trouvant pas leurs cibles. Au  final un match assez quelconque.

Varane: Après sa performance majuscule contre l'Espagne, le jeune Madrilène  a enchaîné par une performance somme toute correcte, même si encore quelques  unes de ses relances ont atterri dans les pieds adverses, et même s'il a encore  été battu sur un duel de la tête par Mitrovic (20e). Sa couverture en revanche  a encore été impeccable à l'image de son contre in extremis sur un tir de Tadic  (51e).

Mathieu: Pour sa première dans l'axe, il a été très vigilant, sobre et  rarement dépassé. Sollicité malgré lui sur plusieurs centres venus du côté de  Digne, ce qui l'a particulièrement agacé, il a tout renvoyé. Monté rarement aux  avant-postes, il a tenté un tir du droit, lui le gaucher, qui n'est pas passé  loin du cadre (5e). Une satisfaction pour Deschamps, sûrement.

Digne: le Parisien a guère été convaincant défensivement, se faisant  souvent passer sur son côté lors du premier acte. Il a ensuite rectifié le tir  en seconde période où il a fini plus fort, notamment offensivement. Mais il  devra en faire plus pour supplanter Evra dans un secteur qui apparaît comme un  des points faibles de cette équipe de France.

Pogba: Il n'a pas fait le match de sa vie mais il a été décisif en  inscrivant le but vainqueur (14e). Trois jours après sa démonstration contre  l'Espagne (1-0), le joueur de la Juventus Turin s'impose de plus en plus comme  le patron de l'entre-jeu et le leader technique des Bleus. Il a encore gratifié  le public de quelques gestes de grande classe avec notamment une frappe lourde  en seconde période (56e). A 21 ans, il est déjà devenu indispensable à l'équipe  de France.

Cabaye: Un match diesel pour la sentinelle des Bleus, qui est monté en  puissance à compter de la deuxième moitié de la première période. Il s'est  fendu d'un joli sombrero (30e), avant d'alerter superbement Pogba dans l'axe  deux minutes plus tard. Discret par la suite.

Schneiderlin: Positionné milieu gauche, le joueur de Southampton a été très  propre techniquement et a bien orienté le jeu en s'évertuant à jouer simple. Il  est apparu très serein. Pas mal pour une 4e sélection.

Sissoko: Il a été moins tranchant et a eu beaucoup moins d'impact que face  aux Espagnols, paraissant  par instant même perdu sur le terrain, voire hors du  coup. La fatigue a sans doute fait son effet pour limiter son rendement, même  s'il s'est un peu ressaisi en seconde période.

Rémy: Buteur jeudi contre l'Espagne, il est cette fois-ci passé à côté. Il  n'a pas marqué des points en tant que titulaire au poste d'avant-centre et  reste pour l'instant un simple joker. Son double une-deux avec Cabella (67e) et  son ouverture vers le même partenaire (68e) ne suffisent pas.

Cabella: Plutôt à l'aise et percutant pour sa 3e cape, c'est lui qui tire  le corner sur le but de Pogba. A son actif également un tir (46e) et un échec  de près devant le gardien serbe (56e). Au final il a souvent été force de  proposition pour animer les attaques. Une performance très encourageante.

AFP

Euro