Sagna
Sagna a la tête dure | MIHAILESCU / AFP

Match nul pour les Bleus...

Publié le , modifié le

La faute à une pelouse de très mauvaise qualité et à un manque de solutions offensives, les Bleus ont dû se contenter du point du match nul (0-0) face à une équipe de Roumanie souvent dangereuse. Dans ces qualifications de l'Euro-2012, l'équipe de France reste en tête du groupe D, devant la Bosnie qui revient à un point grâce à son succès sur la Biélorussie (1-0). Dans l'autre rencontre du groupe, le Luxembourg a battu l'Albanie 2-1.

Cette rencontre débutait à Bucarest sans Samir Nasri, ni Florent Malouda, qui se retrouvaient tous deux sur le banc, Yohan Cabaye et Marvin Martin en profitant. La défense était également remaniée avec les entrées de Sagna et Rami (de retour après sa suspension), en lieu et place de Réveillère et Kaboul. Dans les premiers instants de la rencontre, les Roumains faisaient comprendre qu’il faudrait accepter un combat plus physique que prévu, un peu trop peut-être. Et à la 5e minute, sur un coup franc de 25 mètres tiré par Nicolita, Lloris devait s’employer pour éviter de peu l’ouverture du score, la faute à une erreur de marquage. L’entraîneur roumain Victor Piturca avait prévenu, ses hommes joueraient l’attaque.

La qualité du terrain ne permettait pas aux dribbleurs de s’exprimer au mieux, et la moindre erreur pouvait se payer comptant. Après un quart d’heure de jeu, les mottes de pelouse se multipliaient, et les joueurs, qu’ils soient Français ou Roumains, avaient bien du mal à enchaîner les passes sans rencontrer un obstacle… Cela avait le mérite de calmer les ardeurs offensives des Jaunes, alors que l’on attendait toujours une occasion franche côté tricolore après 25 minutes.

En revanche les Roumains se procuraient une nouvelle occasion sur un coup franc presque identique à celui déjà tenté par Nicolita. Le joueur de l’AS Saint-Etienne choisissait cette fois de viser la lucarne, et Lloris faisait honneur à son brassard de capitaine en détournant in extremis le ballon (27e). A l’exception d’une tête non cadrée de Benzema (33e), les Bleus avaient bien du mal à porter le danger sur les cages adverses, même si un centre de Valbuena qui lobait Tatarusanu aurait mérité un meilleur sort (40e). Le terrain devenait dangereux, et après la sortie de Lazar en raison d’une blessure, on craignait le pire pour Evra, lui aussi victime de la lamentable pelouse, mais sa cheville tenait miraculeusement bien.

Les Bleus peu vigilants

Au retour des vestiaires, les jardiniers avaient fait de leur mieux pour redonner un aspect à peu près correct à la pelouse du stade National, ce qui permettait aux Bleus de se montrer un peu plus menaçants sur les cages adverses. Les deux sélectionneurs n’avaient pas effectué le moindre changement et Malouda devait ronger son frein, sur le banc. Sur une touche roumaine, Rami qui n’était pas suffisamment attentif, laissait en position idéale Marica qui fort heureusement, manquait son contrôle (57e).

Les erreurs se succédaient côté français, notamment au milieu de terrain. Mais sur un tel terrain, il était bien difficile d’en tirer des enseignements. Il fallait attendre la 62e minute pour voir la toute première frappe –non cadrée- des Bleus, grâce à Cabaye qui tentait sa chance de 25 mètres. Cinq minutes plus tard, Ribéry feintait la défense roumaine, mais le joueur du Bayern était trop excentré pour pouvoir tromper le dernier rempart adverse (65e).

La vigilance devait rester de mise pour les hommes de Laurent Blanc. Une erreur de marquage de Sagna aurait pu coûter très cher aux Bleus, si Marica n’avait pas été si maladroit devant les buts de Lloris (67e). Le premier remplacement intervenait côté français avec l’entrée en jeu de Rémy à la place de Valbuena (71e). C’était ensuite au tour de Nasri d’entrée en piste, replaçant Cabaye (75e). Peu après, les Roumains manquaient de peu l’ouverture mais le centre de Marica n’était pas repris. Lors des dernières minutes, on aurait pu croire à un hold-up de la part des Bleus, mais Ribéry qui se retrouvait face au gardien adverse dans la surface, était repris dans les règles de l’art par la défense roumaine. Et après 93 minutes d’une rencontre de très moyenne qualité, le score (0-0) en restait là…Il faudra espérer une autre prestation face à l'Albanie et la Bosnie en octobre.

REACTIONS
Laurent Blanc, sélectionneur de l'équipe de France (au micro de M6): "L'état du terrain n'était pas bon. Il n'était pas  bon, certes pour les deux équipes, mais quand il y a une équipe qui veut jouer,  qui veut attaquer, c'est quand même difficile. La Roumanie voulait défendre. J'aurais bien voulu voir l'équipe sur un bon terrain. On n'a pas réussi à  marquer ce but qui aurait sans doute permis de ramener les trois points. J'ai  des regrets par rapport à ça. Dans ce que j'ai vu ce soir, il y a eu de bonnes  phases de jeu, il y a eu une grande possession de balle. On arrive pas à se  projeter vers l'avant aussi vite que je l'aurais souhaiter. L'état du terrain y  est pour beaucoup. (Sur la Bosnie qui revient à un point au classement du  groupe D) La Bosnie était l'équipe la plus dangereuse, elle est au rendez-vous.  Nous aussi. Les deux derniers matches seront décisifs."

Karim Benzema (attaquant de l'équipe de  France): "C'était un match difficile. On savait que c'était une équipe bien regroupée derrière, que le terrain était compliqué à jouer pour les appuis. On  a essayé par à coups. L'essentiel, c'est d'avoir pris un point. On a tout fait,  on n'a pas réussi. C'est pas de chance. Les matches d'octobre seront décisifs. On n'a pas perdu et c'est bien d'avoir pris quatre points en deux matches. On ne veut pas passer par les barrages, on veut se qualifier directement. J'ai fait des appels, j'ai essayé. On est toujours premier."

Yann Mvila (milieu de l'équipe de France): "Cette équipe a bien joué le  coup en restant derrière. Cette pelouse était catastrophique et c'était dur de  trouver les partenaires. On a souffert. Il y a eu un peu de déception, c'est  clair. Il faudra montrer du caractère contre la Bosnie et sortir par la grande  porte. J'essaie de jouer comme je le fais à Rennes et comme me le demande le  +coach+. Mais pour faire des passes au sol, des décalages, c'était difficile."

Mathieu Valbuena (milieu offensif de l'équipe de France): "On était venu  pour gagner et, vous avez pu le constater comme nous, on a joué sur un terrain  catastrophique et cela a bloqué notre jeu. C'était difficile par moment. Mais  c'est encourageant et je pense que le +coach+ est satisfait. Bon, on ne fait  pas carton plein et on ne peut pas l'être pleinement. Il nous reste deux  matches. On ne pouvait pas porter le ballon et c'était compliqué pour jouer à  une touche de balle. Cela ne nous a pas aidé. On a vu quand même des choses  intéressantes, notamment en première période. Le coach a loué notre état  d'esprit. Tout le monde est concerné et on est en net progrès. Il a manqué un  petit bout de fraîcheur. La Bosnie ne va rien lâcher."

Adil Rami (défenseur de l'équipe de France): "C'est plutôt bien de prendre  quatre points en deux matches à l'extérieur et de garder la première place. Je  n'étais pas à l'aise. Je vais être honnête, c'était un match particulier pour  moi car j'ai perdu pas mal de temps à cause de ma suspension et ensuite le  +coach+ a fait des choix. J'étais content de revenir, de ne pas prendre de but.  J'ai juste fait mon travail pour rendre sa confiance à l'entraîneur. Il avait  demandé de garder la possession de balle, de jouer avec les milieux."

Romain Bonte