Manchester Utd joie C1 052011
La joie des joueurs de Manchester United | AFP - PATRICK STOLLARZ

Manchester United dans la légende

Publié le , modifié le

En décrochant le match nul à Blackburn (1-1), Manchester United a conquis le 19e titre de champion de son histoire. M.U dépasse Liverpool au palmarès et devient ainsi le club le plus titré d'Angleterre. Les Red Devils peuvent désormais préparer en toute sérénité la finale de la Ligue des champions à Wembley contre le FC Barcelone.

Curieuse analogie : à l'instar de Barcelone, son futur adversaire en finale de la ligue des champions et à qui il ne manquait ne manquait qu'un point pour être sacré champion en Liga, Manchester United  avait également besoin d'un petit match nul pour être proclamé roi d'Angleterre. Et, comme le Barça, les Mancuniens ont assuré l'essentiel. Ni plus ni moins. Ce "petit" résultat sur la pelouse de Blackburn, modeste 15e au classement, suffit pourtant à faire entrer les Red Devils dans l'histoire de la Premier League : avec 19 titres au compteur, les Mancuniens dépassent Liverpool (18 sacres) et s'installent seuls au Panthéon du foot anglais. Cette dynastie est bien sûr celle d'un homme, Alex Ferguson, qui aura remporté 12 de ces 19 titres en présidant à la destinée de Manchester depuis le banc de l'entraîneur.

Sans Evra, blessé, ni Van der Sar, laissé au repos, les partenaires de Rooney entament de la meilleure des manière ce match, avec notamment cette tête de Nani qui fracasse la transversale de Blackburn dès la 4e minute. Pourtant, après une telle entrée de matière, les Mancuniens baissent curieusement de pied et se font même surprendre par un but d'Emerton (20e). Sans être complètement relancée, la Premier League n'est plus du tout jouée à ce moment là puisque Chelsea reste à six points, et un match en plus à jouer !

Rooney en libérateur

La seconde période se révèle tout aussi tendue pour des Red Devils pressés d'égaliser mais brouillons dans la réalisation. Les hommes de Ferguson frisent même la correctionnelle quand Olson prend le dessus sur Valencia dans le airs et propulse le ballon sur la barre transversale de Kuszczak (65e). Comme souvent cette saison, Manchester United va pourtant finir par s'en sortir. Il suffit d'un appel en profondeur de Hernandez, une faute grossière du gardien Robinson qui fauche le Mexicain alors que celui-ci n'avait aucune chance de récupérer le ballon, et c'est le penalty ! Wayne Rooney ne tremble pas et égalise (1-1, 73e). Dès lors, le dernier quart d'heure relève de la parodie de football, les deux équipes se satisfaisant largement de ce match nul. Le coup de sifflet final met fin à cette passe à dix et propulse Manchester sur le toit de l'Angleterre. Avant d'atteindre le sommet de l'Europe face au Barça ?

Julien Lamotte