Le sélectionneur de l'Espagne, Luis Enrique
Le sélectionneur de l'Espagne, Luis Enrique | AFP - JOSE JORDAN

Luis Enrique reprend la tête de la sélection d'Espagne

Publié le , modifié le

Cinq mois après avoir quitté ce même poste afin de rester aux côtés de sa fille gravement malade, Luis Enrique a repris sa place de sélectionneur de l'équipe d'Espagne. L'ancien entraîneur du FC Barcelone, qui a perdu son enfant au mois d'août des suites d'un cancer des os, va donc conduire la Roja lors du prochain Euro, compétition pour laquelle Robert Moreno, son adjoint qui avait pris sa succession, a qualifié l'équipe ibérique.

C'était sans nul doute la plus grande épreuve vécue par Luis Enrique dans sa vie. Sa fille Xana, atteinte d'un cancer des os, est décédée au mois d'août dernier. Dès le mois de juin, l'ancien joueur du FC Barcelone avait décidé de laisser de côté son travail de sélectionneur de l'équipe d'Espagne, pour mieux rester auprès de son enfant. Trois mois après cette disparition, le technicien a exprimé son envie de revenir aux affaires. 

"Aujourd'hui nous pouvons confirmer que Luis Enrique retourne à son poste de travail", a annoncé le président de la RFEF Luis Rubiales, ajoutant qu'"il avait toujours été clair que si Luis Enrique voulait revenir, il reviendrait". "Luis Enrique nous a transmis son envie de revenir", a affirmé Rubiales, selon qui "la porte est toujours restée ouverte pour qu'il revienne".
 

à voir aussi Robert Moreno sur le départ, Luis Enrique de retour sur le banc de l'Espagne ? Robert Moreno sur le départ, Luis Enrique de retour sur le banc de l'Espagne ?

Sauf que son ancien adjoint, Robert Moreno, qui a conduit la sélection ibérique durant son absence, fait donc les frais de son retour en perdant son titre de sélectionneur. "Si Luis Enrique n'avait pas exprimé son désir de revenir, nous avions pleinement confiance dans le travail de Robert Moreno", a expliqué le Luis Rubiales. "Ils sont pareils et travaillent de la même manière". Un départ que Moreno vivrait assez mal. Mais le président de la fédération espagnole n'est pas spécialiste des séparations tranquilles. A la veille du Mondial 2018, il avait en effet licencié Julen Lopetegui, coupable de s'être engagé pour prendre en mains l'équipe du Real Madrid une fois la Coupe du monde terminée. Depuis 2016, la Roja a changé cinq fois de technicien.