L'UEFA défend le passage à 24 équipes

Publié le , modifié le

Le passage à 24 équipes pour le prochain Euro ne tirera pas la qualité vers le bas, mais permettra à davantage de nations de participer à cette "réunion de famille" du football européen, a assuré Martin Kallen, directeur de l'Euro. Le risque, selon les sceptiques, est qu'une compétition élargie à des sélections moins prestigieuses, dès l'édition 2016 prévue en France, réserve moins de spectacle.

Cette année, les deux grands favoris du tournoi, l'Espagne et l'Allemagne, qui figuraient tous les deux dans des groupes très relevés, ont dû attendre la dernière minute pour assurer leur place en quarts de finale. "Actuellement, les meilleures équipes sont présentes, mais certaines grandes sélections ne sont pas là", a affirmé Martin Kallen, en citant à l'appui de sa démonstration les exemples de la Suisse, de la Bulgarie, ou de la Lituanie. "Les Ecossais ne sont pas là non plus. Ils apportent avec eux une grande émotion et une grande atmosphère", a poursuivi le dirigeant de l'UEFA, l'instance dirigeante du football européen. Le format actuel, en vigueur pour l'Euro 2012 en Ukraine et en Pologne, remonte à l'Euro 1996 en Angleterre.