Löw regrette des "buts évitables"

Publié le , modifié le

e sélectionneur de l'Allemagne Joachim Löw a déploré jeudi que son équipe ait encaissé des buts "évitables" contre l'Italie en demi-finale de l'Euro 2012, précipitant sa défaite 2-1.

Qu'est ce qui n'a pas fonctionné dans ce match ?
"En première période, après ce premier but évitable sur ce centre de  Cassano, on a été désorganisés. Deux fois on a été trop passifs, et on a été  inattentifs, et on a pris deux buts. Après, face à l'Italie, cela devient  compliqué d'inverser la tendance, même si l'équipe a montré un gros coeur en  tentant infatigablement de marquer, donc je les complimente pour la façon dont  ils ont tenté de revenir. On avait pourtant étudié le mouvement de Cassano  quand il contourne le défenseur. Ce genre d'action aurait dû être empêchée par  notre défenseur."
   
Regrettez-vous votre coup de poker tactique?
"Après le match c'est facile de dire on aurait dû faire ci ou ça. Mario  Gomez avait marqué trois buts dans ce tournoi, il s'était très bien entraîné  ces derniers jours. Il était très motivé. Je voulais renforcer l'axe avec Toni  Kroos, contre Pirlo et De Rossi, pour avoir à chaque fois au moins deux joueurs  pour les gêner aussitôt que possible. Jusqu'à 1-0 c'était équilibré. Après  l'ouverture du score, on n'a pas réussi à revenir dans la partie. Et à la  mi-temps, à 0-2, on est bien obligé de faire des changements."
   
Avez vous été surpris par le niveau des Italiens ?
"On savait que l'Italie était bien plus forte qu'en 2010. Prandelli (le  sélectionneur) a changé le jeu de cette équipe, il lui a donné une philosophie  plus offensive. Elle a deux super attaquants, avec un métronome comme Pirlo qui  sait très bien les servir. Ils jouent très vite, dans le dos de la défense,  comme sur le 2e but. Je m'y attendais. Mais une fois qu'elle mène, elle est  bien en place et la défense reste sa grande force. On n'a pas réussi rapidement  à revenir à 2-1, malgré nos occasions. Ils ont été un peu meilleurs, surtout  dans les moments décisifs, ils ont été plus malins et ont mieux utilisé nos  erreurs".
   
Pour vous, qui sera favori de la finale ?
"Je ne sais pas qui est favori. Au premier tour ils ont fait 1-1 contre  les Espagnols, ils étaient près de la victoire, ils ont mené au score. Le match  sera complètement ouvert. Les Italiens auront une grosse confiance et ils  auront une bonne opportunité dans la mesure où l'Espagne n'est pas tout à fait  aussi forte qu'en 2010".
   
Comment voyez vous votre avenir maintenant ?
"D'abord il faut dire que nous avons eu deux années exceptionnelles.  L'équipe a incroyablement progressé, elle restait sur 15 victoires en 15  matches officiels. Maintenant elle a perdu contre des Italiens incroyablement  forts. Donc je ne vois pas de raisons de tout remettre en question. C'était  l'équipe la plus jeune (de la compétition), et malgré cette défaite  aujourd'hui, qui nous déçoit tous, elle a réalisé un excellent tournoi. Elle  est jeune, elle peut encore progresser, et elle va digérer cette défaite pour  revenir encore plus forte. Aujourd'hui elle rate cette possibilité d'aller en  finale, mais il y aura d'autres opportunités".

AFP