Irlande du nord joie qualif
Le joie indescriptible des Irlandais du Nord qui se qualifient pour la première fois de leur histoire pour l'Euro | TOBIAS SCHWARZ / AFP

L’Euro 2016 à 24 fait le bonheur des petits pays

Publié le , modifié le

L’Albanie, l’Islande, le pays de Galles, l’Irlande du Nord et la Slovaquie ne sont plus qu'à quelques jours d'une première participation à un championnat d’Europe des nations. L’Autriche y prendra part pour la deuxième fois seulement tandis que la Hongrie n’avait plus disputé la phase finale continentale depuis 1972 ! Petit tour d’horizon de ces pays qui ont bénéficié du passage de l’Euro à 24.

Merci Michel Platini ! Le décret voté par le congrès de l’UEFA le 26 septembre 2008, et prévoyant le passage de 16 à 24 pays pour la phase finale du championnat d’Europe, a permis à de nombreux petits pays de football de se qualifier enfin pour un grand événement. Ceci est quasiment impossible en Coupe du monde puisque la zone UEFA fournit moins de la moitié des participants (autour de 13).

Une première pour la Slovaquie, Galles et l'Irlande du Nord

Pour ce premier Euro à 24, quelques seconds couteaux ont donc pu tirer leur épingle du jeu. C’est notamment le cas de cinq nations qui n’avaient jamais eu de tels honneurs auparavant. Depuis sa séparation avec la République tchèque en 1993, la Slovaquie n’avait jamais pris part au grand rassemblement continental : cinq rendez-vous ratés de 1996 à 2012 alors que les Slovaques de Marek Hamsik et Martin Skrtel avaient réussi l’exploit de se qualifier pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde 2010 (défaite 2-1 contre les Pays-Bas). Deuxième du groupe C derrière l’Espagne mais devant l’Ukraine lors des éliminatoires, la Slovaquie n’a pas volé sa place.

Le pays de Galles, deuxième du groupe B derrière la Belgique, et l’Irlande du Nord, première du groupe F, non plus. Ils ont donné au football quelques grands joueurs (Rush, Giggs, Bale, Jennings, Whiteside, Healy…) et chacun disputé le Mondial (1958 pour les Gallois qui avaient atteint les quarts de finale, 1958 –quart de finale- 1982 et 1986 pour les Nord-Irlandais). Mais ils découvriront l’Euro du 10 juin au 10 juillet 2016. Une qualification pour les huitièmes de finale serait déjà une belle performance pour les deux représentants du Royaume-Uni avec l’Angleterre (l’Ecosse sera absente).

L'Islande a sorti les Pays-Bas dans un groupe très relevé
L'Islande a sorti les Pays-Bas dans un groupe très relevé

L'Islande a sorti les Pays-Bas !

L’Albanie et l’Islande, eux, sont carrément des novices. Jamais ces deux pays n’ont évolué dans une grande phase finale. Les Albanais ont terminé deuxièmes du groupe I derrière le Portugal mais devant le Danemark, et les Islandais ont fait de même dans le groupe A derrière les Tchèques mais devant la Turquie ou les Pays-Bas, éliminés. Les Islandais étaient déjà passés tout proche d'une qualification historique, pour la Coupe du monde cette fois. Ils avaient échoué en barrage contre la Croatie (0-0, 0-2). A l'Euro, ils tenteront également de surprendre les cadors.

Deux autres nations ne sont pas habituées à jouer dans la cour des grands. L’Autriche a dû attendre de co-organiser l’épreuve pour y participer, en 2008. Les Autrichiens, sortis alors au premier tour, seront beaucoup plus costauds l’été prochain avec une formation difficile à bouger. David Alaba et ses coéquipiers ont effectué un parcours éliminatoire sans tâche (9 victoires, un nul) dans le groupe G comprenant aussi la Russie et la Suède.

La Hongrie, un géant endormi qui se réveille

La joie des joueurs de la Hongrie, qualifiés pour l'Euro 2016
La joie des joueurs de la Hongrie, qualifiés pour l'Euro 2016

De son côté, la Hongrie effectuera son retour sur la grande scène européenne après 30 ans de purgatoire (éliminée au premier tour du Mondial 1986). Pire, les Magyars n’ont pas joué un Euro depuis 1972 (demi-finale) ce qui fera 44 ans d’absences comblés en juin prochain ! Troisièmes du groupe F derrière l’Irlande du Nord et la Roumanie, les Hongrois ont validé leur billet en écartant la Norvège en barrages (1-0, 2-1).

Avec le vétéran Kiraly dans la cage et la révélation Kleinheisler, la Hongrie ne s’est pas encore trouvé les successeurs de Puskas et Kocsis, mais elle peut perturber la hiérarchie et s’inviter dans le top 16 continental. Ce serait un juste retour des choses pour cet ancien grand pays de football, le seul de cette liste à pouvoir vraiment revendiquer cet honneur.