Giorgios Samaras Roman Shirokhov
Le Grec Giorgios Samaras survole le Russe Roman Shirokhov | ARIS MESSINIS / AFP

Les Tchèques et les Grecs qualifiés

Publié le , modifié le

La République Tchèque, vainqueur de la Pologne (1-0) et la Grèce, qui a battu la Russie sur le même score, sont les deux équipes qualifiées pour les quart de finale de l'Euro dans le Groupe A. La Pologne, pays co-organisateur, et la Russie, pourtant impressionnante lors de son entrée dans la compétition, sont éliminées.

Avant les rencontres, toutes les équipes pouvaient se qualifier, une  victoire sur le plus petit score leur suffisait. Et c'est bien ce score de 1-0 qui a été à l'honneur, que ce soit à Wroclaw  ou à Varsovie, permettant aux Tchèques de finir en tête du groupe (6 pts),  devant les Grecs (4 pts), les Russes (4 pts) et les Polonais (2 pts). Mais les Tchèques ont dû attendre la seconde période et un but de Petr  Jiracek (72e) pour libérer leurs supporteurs, à Wroclaw, face à des Polonais  trop brouillons, au stade Municipal de Wroclaw.

Il leur a suffi de gérer cet avantage, avec un excellent Petr Cech dans les  buts, comme face à cette ultime frappe du capitaine des Aigles Blancs, Jakub  Blaszczykowski (89e), pour décrocher leur billet pour les quarts de finale, le  21 juin. Avec cette défaite, les Polonais ont quitté leur Euro la tête basse, sous  les yeux de Michel Platini, le président de l'UEFA, avec deux petits points à  leur actif et deux buts marqués seulement. Dans la foulée, le sélectionneur  Franciszek Smuda a jeté l'éponge. Une certitude: la malédiction du pays organisateur se poursuit. Après les  éliminations de l'Autriche et de la Suisse en 2008, et de l'Afrique du Sud au  Mondial-2010, les pays hôtes ne passent plus le premier tour.

La Russie craque

Paradoxalement, ce sont ceux à qui un match nul pouvait suffire, les  Russes, qui n'ont visiblement pas su gérer la pression. Auteurs de cinq buts jusque-là, les attaquants russes sont en effet restés  muets dans le magnifique stade National de Varsovie. Et c'est le vieux grognard  grec Giorgos Karagounis qui a marqué le seul but de la rencontre (45e+2), sur  une longue touche transformée en passe décisive par le cafouillage des  défenseurs russes. Manque de tranchant, un Arshavin incapable de conserver ses ballons. Les  Russes ne se sont jamais montrés capables de renverser la situation, malgré  l'intelligence tactique de leur intransigeant entraîneur néerlandais Dick  Advocaat.  Et ils quittent finalement cet Euro sur une note très sombre, après avoir  vu leurs supporteurs s'illustrer tristement par des combats de rues contre des fans Polonais lors du match précédent. En quart de finale, les Tchèques et les Grecs affronteront respectivement  le deuxième et le premier du groupe B, "le groupe de la mort", avec  l'Allemagne, le Portugal, le Danemark et les Pays-Bas.

AFP