Arjen Robben
Arjen Robben est les Néerlandais heureux | AFP - JOHN THYS

Les Pays-Bas font pleuvoir les buts et sauvent Hiddink

Publié le , modifié le

Robin van Persie et Arjen Robben, qui ont rapidement rassuré les Pays-Bas face à la Lettonie (6-0) dimanche à Amsterdam en éliminatoires de l'Euro-2016. Ils ont offert un répit à leur sélectionneur Guus Hiddink, sous pression après un début d'éliminatoires poussifs à l'Euro-2016. Le technicien avait annoncé qu'il démissionnerait en cas d'échec. La Belgique n'est pas parvenue à s'imposer face au bloc gallois.

Guus Hiddink, qui avait mis son poste en  jeu, n'aura pas à partir après la leçon (6-0) infligée par les Pays-Bas à la  Lettonie, dans une 4e journée des éliminatoires de l'Euro-2016 également  marquée dimanche par le nul (0-0) concédé par la Belgique face au Pays de  Galles. Après quatre défaites en cinq matches (éliminatoires et amicaux) jusqu'à ce  dimanche soir, Hiddink l'avait dit été répété: ou les Néerlandais gagnaient ou  il faisait sa valise. Message reçu par ses stars, puisque Robben et Huntelaar,  tous deux auteurs d'un doublé, ont mis leur ego de côté le temps d'une belle  soirée à Amsterdam.

La victoire a été rapidement emballée en première période, avec trois buts  inscrits en 42 minutes par Van Persie, Robben et Huntelaar. Il a fallu ensuite patienter jusqu'à la 78e minute pour avoir un 4e but de  Bruma, avant que Robben et Huntelaar ne voient double, corsant l'addition. La mécanique Oranje est-elle définitivement réparée? Au classement dans ce  groupe A, les Pays-Bas restent troisièmes mais grignotent leur retard, avec 6  points et en attendant avec impatience le match entre les deux équipes de tête,  la République tchèque et l'Islande, toutes deux à 9 points, plus tard dans la  soirée (20h45).

Les Belges impuissants

Dans le groupe B, le match entre la Belgique de Hazard et le Pays de Galles  de Bale faisait saliver. Mais les spectateurs bruxellois sont restés sur leur  faim, puisqu'aucun but n'a été inscrit. Les Diables Rouges, largement dominateurs mais plusieurs fois surpris sur  contre-attaques, ont été bousculés par Gareth Bale. La star galloise s'est  créée la première grosse occasion sur un coup franc somptueux nécessitant une  intervention de Courtois (14e). Idem en début de seconde période quand le tir de l'attaquant du Real Madrid n'est passé qu'à quelques centimètres du but belge. Et l'homme qui vaut 100  millions d'euros s'est révélé être un poison jusque dans les dernières minutes,  contraignant les hommes de Marc Wilmots à la plus grande prudence.

En face, Eden Hazard n'a pas été en reste. L'ailier de Chelsea a été  virevoltant en première période (moins par la suite), provoquant régulièrement  vent de panique et incompréhension au sein de la défense adverse comme quand  Nicolas Lombaerts trouvait le cadre du but de Hennessey à la 26e minute après  un joli mouvement collectif initié par l'ancien Lillois. Pour Hazard, qui disputait son 53e match sous le maillot des Diables  Rouges, le compteur but reste toutefois bloqué sur le chiffre six. Faible bilan  pour un joueur de sa stature et qui avouait lui-même en semaine "ne pas savoir  pourquoi" il est bien moins performant en sélection qu'en club, à Chelsea, où  José Mourinho en a fait sa pièce maîtresse (7 buts depuis le début de la  saison).

AFP

Euro