Arsenal Wilshere Jack 112010
Jack Wilshere | AFP - Serguei Supinsky

Les Gunners désarment, Chelsea gagne enfin

Publié le , modifié le

Au lendemain du nul de Manchester United à Birmingham (1-1), Arsenal aurait pu rejoindre les 2 équipes de Manchester en tête de la Premier League, mais un but contre son camp de Squillaci (81e) a condamné les Gunners au nul (2-2) à Wigan, réduit à 10 depuis l'expulsion de N'Zogbia (78e). De son côté, Chelsea a retrouvé le sourire en battant Bolton (1-0) grâce à un but de Malouda, après six matches sans victoire. Liverpool a perdu à Anfield contre Wolverhampton (1-0)

C'était la soirée des Français. Des buteurs pour leur équipe ou contre leur camp, un expulsé, les joueurs venus de France ont tout fait dans les deux principaux matches de la soirée.

Un nul aurait pu être une finalité positive pour Arsenal. Mais les circonstances du match, et le contexte, rendent plutôt ce nul (2-2) à Wigan négatif. En remontant un but de déficit, en terminant la rencontre à 11 contre 10, les Gunners ont perdu leurs premiers points de la saison contre une équipe de seconde partie de tableau, une équipe qui se trouvait en zone de relégation avant ce match. La pilule est d'autant plus difficile à avaler que l'égalisation de Wigan a été obtenue sur un but contre son camp de Squillaci, plus occupé à ceinturer son adversaire qu'à bien se placer pour repousser le ballon de la tête (81e). Et si Nasri pouvait légitimement réclamer un penalty sur un coup franc dévié de la main par Caldwell (88e), Arsenal n'avait pas réalisé la performance suffisante pour l'emporter et revenir au même niveau que Manchester United et Manchester City, avec un match de plus que les Red Devils et un de moins que les Citizens.Après avoir encaissé un but sur penalty par Watson pour une faute peu évidente de Koscielny (18e), l'équipe d'Arsène Wenger revenait au meilleur moment, d'abord par Arshavin, auteur d'une volée après une frappe repoussée de Bendtner (40e), puis par Bendtner bien servi par Arshavin (44e). Le plus dur était fait, mais Wigan, au courage, revenait malgré l'exclusion de l'international français Charles N'Zogbia pour un coup de tête sur Wilshere (78e). Avec ce nul, Arsenal demeure à deux longueurs des deux Manchester, et à deux longueurs devant Chelsea.

Pour la première fois depuis six matches, les Blues sont en effet parvenus à lever les mains au ciel à l'issue du coup de sifflet final. La réception de Bolton après la claque subie à Arsenal en début de semaine sonnait comme la dernière occasion pour Carlo Ancelotti de trouver enfin la solution au sur-place de ses troupes. Si els visiteurs ont employé tous les moyens pour empêcher les attaques de se développer, et éviter que le 100e match de Nicolas Anelka sous ce maillot ne rime avec but, la délivrance est intervenue à l'heure de jeu. Parti à l'extrême limite du hors jeu, Didier Drogba débordait sur le côté droit et centrait pour Florent Malouda, seul au centre, qui reprenait du plat du pied pour apporter un bon souffle d'espoir aux siens (61e). 

De l'espoir, les supporteurs de Liverpool n'en ont plus beaucoup. Après avoir vu bien des matches reportés en raison des conditions climatiques, ils espéraient bien que la réception de Wolverhampton, lanterne rouge qui n'a ramené qu'un point de ses différents voyages. Seulement voilà, les Reds ne sont plus que des fantômes, et rien n'y fait, ni le retour de Steven Gerrard après six semaines d'absence, ni les encouragements, ni même les sifflets qui tombaient des tribunes d'Anfield Road après le but de Ward pour les visiteurs, profitant d'une passe au coeur de la charnière centrale locale (56e). Les supporteurs n'ont plus la foi, et Roy Hodgson voit sa place de plus en plus délicate à tenir.