Les Bleus viennent à bout du Cameroun

Les Bleus viennent à bout du Cameroun

Publié le , modifié le

La France s'est imposée face au Cameroun (3-2) lundi à Nantes en match de préparation à l'Euro. Les Bleus ont joué sur courant alternatif. Capables de se projeter rapidement vers l'avant et de provoquer le danger, les hommes de Deschamps ont aussi traversé des périodes compliquées où ils ont été bousculés. Si cette victoire est rassurante pour la confiance, elle ne doit pas masquer les problèmes qui restent à régler dans l'organisation du jeu et dans la solidité défensive.

Les Français ont encore une fois alterné le bon et le moins bon. S'ils ont été capables de construire de belles actions, pour conclure notamment les deux premiers buts, d'abord par Blaise Matuidi auteur d'une belle volée du gauche après un centre en retrait parfait de Coman, puis par Olivier Giroud reprenant un très bon ballon récupéré par Pogba et lancé dans la course de l'attaquant d'Arsenal (41e), ils ont été aussi été parfois trop attentistes, et surtout souvent débordés défensivement.

Car face à des "Lions indomptables" bien décidés à prendre leur chance la France ne s'est guère rassurée dans ce secteur, déstabilisée par une série de forfaits et de blessures. Les Camerounais ont ainsi facilement transpercé le côté gauche français, laissant à Vincent Aboubakar le soin de se détacher du marquage d'Adil Rami pour conclure du droit (22e). Puis ils ont marqué un second but par Choupo Moting (88e), après s'être joué de la charnière Rami-Koscielny. Les Bleus ont visiblement manqué d'automatismes pour colmater les brèches.

Les Français se dirigeaient vers un nul qui eut été somme toute logique, quand ils ont fait basculé le score grâce à un superbe coup-franc signé Dimitri Payet, très remuant en deuxième période. L'essentiel était sauf: une victoire nécessaire pour faire le plein de confiance. Même s'ils n'ont pas brillé les Bleus tenteront de s'en satisfaire avant d'essayer de faire encore mieux samedi contre l'Ecosse lors de leur ultime match avant l'Euro.  

Christian Grégoire