Laurent Koscielny
Laurent Koscielny à la lutte avec Brek Shea | AFP - FRANCK FIFE

Les Bleus s'offrent l'Amérique

Publié le , modifié le

Qualifiée en octobre dernier pour l'Euro 2012, l'équipe de France a débuté sa préparation par une courte victoire 1-0, vendredi, au stade de France, sur les Etats-Unis. Face à une équipe adverse très physique et solide en défense, les Bleus ont dû attendre plus d'une heure avant de trouver la faille par Rémy (72e). Cette rencontre a également été l'occasion pour Koscielny, Giroud, Mathieu et Gonalons d'étrenner pour la première fois le maillot tricolore.

Des Américains robustes

Rassurée après l’obtention de son sésame pour l’Euro, l’équipe de France abordait son match amical face aux Etats-Unis plutôt sereinement. Pour les joueurs, il s’agissait de bien commencer leur phase de préparation. Pour Laurent Blanc, l’objectif était surtout de débuter une revue d’effectif et de donner du temps de jeu aux petits nouveaux. Face à des Américains physiques et solides défensivement grâce au binôme Bocanegra-Goodson, les Bleus dominaient. Un peu brouillon, ils peinaient toutefois à se créer des occasions. Systématiquement contrés dans l’axe, ils insistaient sur les ailes, à l’image de Ribéry très actif sur la gauche. Mais après le premier quart d’heure de jeu, les gardiens de deux équipes n’avaient toujours pas été sollicités.

Il fallait attendre la 17e minute pour assister à la première tentative tricolore. Un une-deux entre Benzema et Mathieu, qui fêtait sa première titularisation, échouait au dessus de la transversale américaine. Également porteur du maillot tricolore pour la première fois de sa carrière, Koscielny donnait quelques sueurs froides à son camp en manquant de peu d’offrir un pénalty aux visiteurs. Il crochetait en effet Altidore dans la surface française mais l’arbitre faisait heureusement signe de poursuivre. S’allaient s’en suivre des tentatives de Ribéry (27e), Ménez (37e) et Mathieu (40e). Côté USA, Altidore (34e) tentait lui aussi sa chance. Mais les deux équipes regagnaient les vestiaires dos-à-dos.

Rémy décisif

En seconde période, le rythme restait soutenu et les Américains aussi physiques. Toujours à la recherche de la faille, les Bleus parvenaient à se procurer de maigres occasions. Un corner joué par Ribéry et repris de la tête par Benzema butait sur la transversale (55e). Dans la foulée, un coup franc de Ribéry, suite à une faute sur Debuchy, obligeait le portier américain à s’employer (56e). A l’heure de jeu, Laurent Blanc décidait alors de faire tourner son effectif et faisait entrer Giroud et Gonalons pour leur première cape. Martin et Rémy faisaient également leur entrée. Un choix sans doute judicieux puisque dix minutes plus tard, l’attaquant marseillais, lancé par Martin, ouvrait la marque d’une frappe dans le petit filet des cages d’Howard (1-0 à la 72e).

Loin de baisser les bras, les Américains essayaient de maintenir la pression, notamment par Dempsey (84e) et Beasley (86e). De leur côté, les Bleus, dans le temps additionnel, manquaient de peu le but du 2-0. Un long ballon de Martin permettait à Rémy et Giroud de se retrouver seuls face à Howards mais l'attaquant montpelliérain manquait son coup. Finalement, la France s'imposait par la plus petite des marques (1-0). Si on pouvait espérer mieux au tableau d'affichage, les troupes de Laurent Blanc ont toutefois montré quelques belles choses face à de vaillants Américains. Mardi prochain, face à la Belgique, elles devront néanmoins élever leur niveau de jeu. Pour porter leur invincibilité à 18 matches. Pour rassurer leur public. Et surtout pour préparer au mieux l'Euro de l'été prochain.

Réactions
Kévin Gameiro: "C'était un  match assez difficile face à une bonne équipe bien regroupée derrière. On a  peut-être pêché dans la dernière passe ou le dernier geste. On n'a pas trop eu  de ballons devant et pour un attaquant c'est toujours frustrant. Du coup, il a  fallu libérer des espaces pour l'équipe, travailler pour le collectif. Ca ne  vient pas en un claquement de doigt. J'ai été associé à Benzema et j'espère que  c'était la première d'une longue série. Le principal, c'était de gagner. Si  j'ai eu des discussions avec Menez, c'était pour lui dire où il fallait me  mettre la balle et où je pouvais faire les appels".
Jérémy Mathieu: "La victoire est au bout donc tout le  monde est content. Il y avait un peu de pression au début mais au fil du match  je me suis senti bien. J'ai essayé d'apporter ce que je sais faire. Ce qui m'a  mis à l'aise, c'est le premier ballon, le premier contact. Le coach a voulu me  mettre un peu de responsabilités et je devais tirer tout ce qui était à gauche.  J'espère que ça a plu. J'ai fait ma première sélection mais le plus dur, c'est  de revenir, de rejouer. Laurent Blanc a félicité tout le monde. On est dans la  continuité et dans l'ensemble c'est une bonne soirée. Cela faisait longtemps  que j'avais envie de vivre ce moment. J'espère que je refoulerai cette pelouse".
Maxime Gonalons: "A partir du moment où le  coach m'a dit que j'allais entrer, j'ai essayé de bien me préparer. Ensuite  j'ai surtout essayé de jouer simple. J'ai su à la mi-temps que j'allais  rentrer. Je me suis posé pas mal de questions, mais une fois sur le terrain  j'ai essayé de ne pas me prendre la tête. C'est une fierté. L'adaptation s'est  bien faite, on m'a mis à l'aise."

Isabelle Trancoën