Yoann Gourcuff
Yoann Gourcuff | AFP / FRANCK FIFE

Les Bleus sans Gourcuff et Yanga-Mbiwa

Publié le , modifié le

Le patron des Bleus Laurent Blanc a tranché pour bâtir sa liste de 23 pour l'Euro. Mapou Yanga-Mbiwa et Yoann Gourcuff sont exclus du groupe. Après "ce moment de tristesse", staff et joueurs peuvent basculer dans la préparation de l'Euro et le match face à la Serbie jeudi. En balance, Les milieux Marvin Martin, Blaise Matuidi et le défenseur Gaël Clichy font en revanche partie de la liste. Prochaine étape: la Serbie jeudi.

Le verdit est donc tombé. L'exclusion du jeune défenseur central de Montpellier Mapou Yanga-Mbiwa (23 ans, 0 sélection) était attendue. Il est victime de la polyvalence d'Alou Diarra, aussi bien  capable d'évoluer au milieu que dans l'axe de la défense.Blanc ne lui a même pas donné une chance de se montrer face à l'Islande. Au moins, il aura touché les équipements. En revanche, celle de Gourcuff (25 ans, 29 sélections) était incertaine en raison du statut du joueur.

La présence de Gourcuff dans la pré-liste faisait déjà l'objet de beaucoup de débat, ne sera pas de l'Euro. Très apprécié par le staff et surtout Blanc, le Lyonnais a une chance de se montrer face à l'Islande. Après une saison ratée avec seulement 24 matches joués et des pépins physiques, l'ex-Bordelais a globalement manqué le coche pour son grand retour en bleu depuis mars  2011. Blanc le savait déjà avant de le convoquer que l'un de ses joueurs préférés n'était pas dans sa meilleure forme physique et psychologique malgré une préparation physique à Lorient sous les ordres de son père Christian.

Pas de miracle face à l'Islande

Sa prestation au poste de milieu défensif face l'Islande (3-2) n'a pas convaincu Blanc de l'ajouter dans son groupe. Face à la modeste Islande, il a ainsi commencé son match à l'envers, enchaînant de nombreuses fautes, donnant l'impression de courir derrière le ballon et semblant dépassé, malgré une implication et des efforts de placement  nettement visibles. "J'avais pas mal de jus", avait pourtant positivé le joueur à la sortie du  terrain. "Ça fait un moment que je me sens bien physiquement. Je me suis bien  senti dans les courses, le coach m'avait demandé de traîner dans la surface. La  liste, on n'y pense pas pour l'instant. Je vis au jour le jour. Le reste, je  n'y fais pas attention." Ces derniers jours, à l'entraînement, il avait là aussi montré tous les  signes de sa bonne volonté, mais également une certaine solitude.

Cette question comportement a peut-être pesé. D'un naturel discret, le joueur cultive une réserve et une différence qui tranche avec le reste des joueurs. Le choix de Blanc peut ainsi être interprété comme une décision de management du groupe. Le mutique et taciturne Gourcuff a toujours eu des problèmes d'intégration en équipe de France où ses relations avec plusieurs cadres,  notamment Franck Ribéry, n'ont jamais été au beau fixe, créant des tensions  terribles lors du Mondial 2010. Même s'il l'a toujours défendu, expliquant notamment qu'il n'était pas "un  loup", le sélectionneur a sans doute opté pour la paix sociale au sein de son  groupe et décidé de sacrifier un Gourcuff illégitime sportivement. Le coup à la cheville a peut-être accéléré la décision même si Blanc avait déjà une idée des deux exclus depuis plusieurs jours.

Effectif équilibré?

L'architecture de la liste fait ainsi la part belle aux milieux de terrain offensifs (Martin, Malouda, Nasri, Ben Arfa, Ménez, Ribéry, Valbuena), ce qui  promet un joli casse-tête à Laurent Blanc dans les jours qui viennent. Les Bleus compteront aussi quatre récupérateurs de métier (A. Diarra, Yann  Mvila, Matuidi, Yohan Cabaye), Florent Malouda pouvant aussi dépanner à ce  poste. Ces choix laisse sous-entendre une formation avec cinq milieux (2 défensifs-3 offensifs) et une seule pointe.

Privé de Loïc Rémy (cuisse), le patron des Bleus n'a opté que pour deux  avant-centres (l'incontournable Benzema et le meilleur buteur de Ligue 1  Giroud) et partira en Ukraine avec seulement sept défenseurs (trois axiaux:  Mexès, Rami, Koscielny; et quatre latéraux: Evra, Clichy, Debuchy, Réveillère).

Les Bleus passeront trois jours au Touquet avant de rallier jeudi Reims, où ils disputeront ce jour-là leur deuxième rencontre de préparation contre la Serbie. La troisième et ultime rencontre aura lieu le 5 juin au Mans contre l'Estonie, à la veille du départ pour l'Ukraine où la France entamera la compétition le 11 juin contre l'Angleterre.

Mathieu Baratas