France joie Arménie
Les Bleus sur une bonne dynamique avant l'Euro | VALERY HACHE / AFP

Les Bleus mettent les bouchées doubles

Publié le , modifié le

Totalement dominatrice, l'équipe de France s'est facilement imposée contre l'Arménie 4-0 jeudi soir dans l'Allianz Arena de Nice. Antoine Griezmann a débloqué le match à la 35e minute après un une-deux avec Karim Benzema. En deuxième période, les Français ont creusé l'écart grâce à une frappe de Yohan Cabaye (55e) et un doublé de Benzema (78e, 80e). Après son deuxième but, le Madrilène est sorti sur blessure et pourrait manquer le déplacement au Danemark dimanche où les Bleus tenteront de confirmer ce succès sans réelle valeur.

Cinq jours après les dramatiques intempéries qui ont frappé le sud-est de la France, l'Allianz Riviera de Nice n'avait pas vraiment le cœur à la fête. L'ambiance s'en est ressentie avec un public peu emballé et une équipe de France peu emballante pendant presque une heure. On attendait pourtant un festival des Bleus face à la modeste Arménie, 91e au classement Fifa. On a eu une énorme possession de balle mais son utilisation laisse encore perplexe. Par maladresse, la France a longtemps pêché sur le but de Kasparov. A trop vouloir percer trop vite le bloc arménien, la passe décisive faisait défaut. C'était même les visiteurs qui donnaient des frayeurs à Didier Deschamps sur deux contres (19e et 25e). Il était de temps de remettre un peu d'ordre. Pour cela, il fallait faire confiance aux hommes en forme du moment. Sur une mauvaise relance arménienne, Griezmann, relayé par Benzema, filait tromper Kasparov avec sang-froid d'une frappe entre les jambes (1-0, 35e). Ce but libérait les Bleus et les espaces.

Doublé de Benzema

La deuxième période s'en trouvait bien plus ouverte et agréable. Valbuena en profitait pour s'échapper à gauche et servir en retrait Cabaye. Le milieu tricolore enchaînait contrôle et frappe dans le petit filet sous le regard d'un Kasparov impuissant (2-0, 55e). Les Bleus déroulaient enfin. Le sang frais donnait du tonus à la France même si c'était Benzema qui inscrivait un doublé, dépassant ainsi Sylvain Wiltord dans l'histoire des Bleus avec 27 buts, à une unité derrière Youri Djorkaeff. Le premier venait d'un corner de Griezmann que le Madrilène expédiait en lucarne (3-0, 78e). Deux minutes plus tard, il filait seul en contre. La feinte trompait Kasparov qui était cloué sur place sur la frappe de Benzema (4-0, 80e). La soirée aurait pu être parfaite si l'attaquant tricolore ne s'était pas blessé à la cuisse sur cette action. Son compère Griezmann avait lui le dernier mot au bout du pied mais son lob a échoué à côté du poteau arménien (84e). Le joueur de l'Atletico a toutefois marqué de précieux points lors de cette association prolifique avec Benzema. Il a peut-être gagné ses galons de titulaire comme Lassana Diarra, sentinelle en pleine renaissance sous le maillot bleu.

Réactions

Sarkis Ovsepyan (sélectionneur de l'Arménie):  "Nous avons essayé de miser sur la vitesse et la contre-attaque et notre  première période a été réussie mais il y avait en face une équipe de grande  qualité. Les joueurs de l'équipe de France ont l'habitude de jouer à ce rythme  mais pour mes joueurs, c'était une première expérience de ce niveau. Ils  doivent s'y habituer. La différence était énorme et la France mérite sa  victoire."