Ibrahimovic - Mexès 2012
Zlatan Ibrahimovic a ouvert le score lors de la victoire de la Suède face à la France (2-0) avec une superbe reprise de volée | AFP - JEFF PACHOUD

Les Bleus hors-sujet...mais qualifiés

Publié le , modifié le

La France a subi un cuisant échec face à la Suède (2-0) dans le dernier match du groupe D de l'Euro, mardi à Kiev. Complètement à côté de leur match, les Bleus ont oublié leur collectif et leur football, face à des Suédois exemplaires de détermination et d'envie. Avec la victoire -litigieuse- de l'Angleterre sur l'Ukraine (1-0), la France est malgré tout qualifiée pour les quarts de finale où elle sera opposée dimanche à l'Espagne.

Des Bleus atones

La défaite de la France face à la Suède n'a rien d'une injustice. Tant les Français ont été totalement à côté de leur sujet face à des Suédois qui avaient envie de quitter le tournoi par la grande porte et se sont présentés sur la pelouse avec beaucoup plus de détermination. Sans pression et sans complexe, les Suédois ont largement dominé dans l'intensité des Bleus atones et sans ressort. Sans être exceptionnels, mais s'appuyant sur leur volonté et prenant le meilleur dans le défi physique, les hommes de Hamren ont mis le feu devant le but de Lloris.

Une frappe en demi-volée de Ribery repoussée par Isaksson à la 8e minute, ce fut là en première période la seule occasion franche des Bleus, incapables de franchir le premier rideau défensif. S'égarant dans des tentatives individuelles au lieu de jouer en première intention, les tricolores ont été débordés dans un milieu de terrain quasi transparent, sans pouvoir s'approcher des 18 m adverses et en étaient réduits à quelques expédients, des tirs de loin de Benzema ou Ribery qui ne trouvaient jamais le cadre.

Les Suédois de leur côté, faisaient un gros pressing et se procuraient deux grosses occasions par Tooivonen, après un ballon raté par Mexes, mais dont le tir trop excentré s'écrasait sur le poteau de Lloris, lequel s'interposait un peu plus tard avec autorité.

But exceptionnel d'Ibrahimovic

La motivation et l'engagement suédois étaient récompensés peu après l'entame de la 2e période. La Suède survolait les débats et portait le danger sur le but de Lloris. Après un débordement et un centre côté droit de Larsson, Ibrahimovic prenait la défense française en défaut et marquait d'un superbe ciseau retourné (1-0, 54e). Les Français n'y étaient plus et prenaient l'eau pendant plus de vingt minutes, sans parvenir à se sortir de l'étau suédois. Les pressions des remplaçants Menez et Giroud qui s'offraient de timides occasions n'étaient pas de nature à renverser la tendance.

Pire encore pour les Bleus, complètement  à côté de leur match, ils concédaient un deuxième but en toute fin de partie, sur un contre rondement mené sur le flanc droit. Le centre trouvait Holmen dont la frappe trouvait sur la transversale, le ballon revenait dans les pieds de Larsson qui trompait Lloris (2-0, 90e).

La France s'inclinait au terme d'une rencontre au cours de laquelle elle s'est montrée totalement hors-sujet pour terminer dans la douleur cette première phase. Ils n'ont pa su hisser leur niveau de jeu et se sont montrés à la fois inefficaces et suffisants  Ils ne reste qu'avec la seule satisfaction de la qualification. Mais pour s'en sortir face à l'Espagne en quarts de finale, elle devra évidemment montré un tout autre visage.   

Les Anglais pas malheureux

L'Angleterre a finalement pris la première place du groupe à la faveur de sa victoire sur l'Ukraine (1-0) à Donetsk. Pourtant ce ne fut pas là non plus une grosse prestation des Anglais qui ont subi durant toute la première période les vagues ukrainiennes. L'Ukraine a en effet tout fait pour faire la décision par Garmasch, Rakytskyi et un Selin remuant. Les hommes de Blokhine ont longtemps les débats. Mais ce furent pourtant les Anglais qui parvenaient à tirer les premiers. Après quelques minutes de jeu en début de deuxième période, au cours de laquelle ils relevaient un peu la tête et où Rooney enfin sortait de l'ombre.

Sur un centre de Gerrard dévié par Khacheridi, Rooney trompait Piafov et donnait l'avantage aux Anglais (48e, 1-0). Le buteur de Manchester United était absent des deux premiers matches du tournoi en raison d'une suspension pour un vilain geste lors des éliminatoires. Il signait son retour de la meilleure des manières et démontrait qu'il avait encore pleinement sa place dans cette équipe en dépit des bons matches réussis par leurs jeunes pousses lors des deux premières journées.

Les Ukrainiens, sans Shevchenko, touché au genou et rentré tardivement à vingt minutes de la fin, regretteront sûrement une décision litigieuse qui n'a pas tournée en leur faveur (62e). Devic seul face à Joe Hart a vu sa frappe déviée et sortie sur la ligne par Terry. Les arbitres n'ont pas réagi alors que les images ont semblé montrer que la balle avait franchi la ligne. Mais cette première grosse erreur d'arbitrage provoquait la bronca dans le stade alors que les Ukrainiens continuaient de pousser face à des Anglais recroquevillés sur leur maigre avantage.

Malgré cela, les Anglais ont démontré qu'ils étaient l'équipe la plus  solide et surtout la plus constante de ce groupe D en prenant chaque match avec le sérieux nécessaire et surtout en affichant une détermination sans faille. Quant aux Ukrainiens, ils quittent leur tournoi sur des regrets car ils ne sont finalement pas passés si loin.

Déclarations

Laurent Blanc (entraîneur de l'équipe de France): Cette équipe de Suède  était mieux préparée que nous et elle a eu dans ses rangs un joueur qui a fait la difféence. On s'attendait à un match difficile mais pas à ce point. On n'avait pas le physique. Donc ça fait beaucoup de choses. On est très déçu du résultat mais si on analyse bien le match on a été en difficulté pratiquement tout le match. Celle qui  a gagné est celle qui le voulait le plus.

Karim Benzema (attaquant de l'équipe de France): "On se console avec la qualification, mais si on veut faire quelque chose dans cet Euro, on ne pourra pas reproduire ce genre de match. J'ai tenté, je me suis fait contrer. C'était difficile, ils étaient très en défense. Contre l'Espagne, qui est une équipe qui joue, on aura plus d'espaces. Individuellement, on n'était pas bien, sauf Hugo. Il ne faut pas se cacher. On a essayé, on a fait deux ou trois mouvements. L'Espagne sera favorite, c'est une des meilleures équipes du monde. Marquer, ce n'est pas ce qui me préoccupe.J'essaie, je suis contré, ce n'est pas grave, il faut se battre. La confiance est toujours  là, mais il faut se remettre à travailler et aussi se reposer."

Hugo Lloris (gardien et capitaine de l'équipe de France):"On a eu du mal à trouver des espaces. Ils ont joué sur leurs atouts, sur leur physique. Il faut se servir de cette défaite pour le prochain match. Ce match sera la meilleure façon de montrer ce qu'on a dans le ventre. Il ne faut pas réfléchir et bien préparer ce prochain match" (contre l'Espagne en quart de finale).

Christian Grégoire